Archive pour le mot-clef ‘Marketing’

Marketing : un MBA en design management

Le 05 février 2013, par Jean-Jacques URVOY
Brand Management Master of Business Administration

OGFDI est une Ecole  créée en 2003 par Olivier Gerval. Il délivre une formation de niveau 1 et 2 dans les domaines du design. L’Ecole dispose d’une plateforme de recherche (OGFDI Lab) sous la responsabilité d’un conseil scientifique, couplant recherche et formation préfigurant un 3e cycle de Doctorat. Les formations s’appuient s sur deux concepts :  le « Thinking Design » et le « Multiscale design analysis ». Elles sont dispensées autour d’un pôle spécifique de réflexion et recherche à forte valeur sociétale.  Les programmes sont liés aux domaines de la création et de l’innovation, identifiés ou émergents, en relation avec les contextes sociaux, économiques, technologiques, politiques, industriels artistiques, et culturels du monde contemporain. Un MBA qui a compris les enjeux.

Cette formation en Design Management vise l’excellence. Elle permet d’acquérir les outils stratégiques conduisant à une gestion optimale du design dans l’entreprise. Elle allie la gestion des connaissances et la modélisation des processus de conception et d’innovation, aux recherches scientifiques associées au design, il forme des spécialistes, analystes ou managers experts dans la conception et la mise en œuvre de stratégies d’innovation et de valorisation, tout en contribuant au développement de clusters Design au sein d’entreprise ou institutions. Lire la suite…

Estée Lauder : le marketing et la beauté sont mieux gérés par les femmes

Le 16 novembre 2012, par Jean-Jacques URVOY
Madame Estée Lauder

Coco  Chanel, Helena Rubinstein, Louise Pommery ou encore Estée Lauder sont autant de femmes au destin incroyable. Toutes ont bâti un véritable empire industriel et financier. Estée Lauder fait partie de ces femmes entrepreneuses et pionnières. Issue d’une famille juive hongroise, de son véritable nom Joséphine Esther Mentzer, grandit dans le Queens à New York. Son père, Joseph, tient un petit commerce dans ce quartier cosmopolite de NYC.

Estée se réfugie dans la boutique familiale dès qu’elle en a la possibilité. C’est à cette époque qu’elle aurait appris les fondements de la vente. Légende ou réalité, on ne peut toutefois nier qu’elle deviendra une extraordinaire vendeuse et ambassadrice pour sa marque. Lire la suite…

James Bond, la marque du héros

Le 06 octobre 2012, par Jean-Jacques URVOY
james bond marketing

James Bond s’appelle James Bond. Mais pourquoi ? En 1952, Ian Fleming tombe sur l’ouvrage :  « Les oiseaux des Indes Occidentales » écrit par un certain … James Bond, ornithologue de son état. Le nom est tout trouvé. Mais pourquoi James Bond 007 ? Le double 0, 00, signifie que l’agent secret a le droit de tuer. Et le 7, chiffre magique,  signifie tout simplement que c’est le 7ème agent secret autorisé à tuer.

Le vingt-troisième James Bond, Skyfall, sort bientôt et déjà un marketing efficace est en marche. Les anciens acteurs défilent sur toutes les ondes radio (en ce moment même Roger Moore), dans toutes les émissions de TV, pour dire, globalement, que Craig est le meilleur James Bond : plus proche de la réalité de Fleming, plus « normal », etc. Une fuite orchestrée, hier, a révélé la chanson, chantée par Adèle. Lire la suite…

Le bon cinéma n’a pas besoin d’opérations marketing

Le 19 août 2012, par Jean-Jacques URVOY
cornouaille

A La simple agence, tout le monde aime le cinéma. Cette culture lui permet de réaliser chaque mois un film pour Internet. Ce blog rend compte régulièrement de coups de coeur. Comme il y a beaucoup de bretons comme clients ou partenaires de l’agence, le film Cornouaille, d’Anne Le Ny, est incontournable. Un film tranquille, où le marketing du cinéma semble extérieur, contrairement à cette débauche inutile et indécente de moyens pour le dernier Batman. Compte-rendu de séance.

Cornouaille est un film qui ne peut laisser insensible parce qu’il renvoie à tout ou partie de sa propre histoire. Il est tourné dans ces paysages très beaux du Finistère Sud. Vanessa Paradis, en parisienne devenue insensible aux choses et Samuel Le Bihan, lui aussi juste dans ce rôle d’homme a priori épais mais en fait si émotif… Lire la suite…

Et si le marketing était mort avec le twist ?

Le 16 août 2012, par Jean-Jacques URVOY
twist

Le marketing des années 70 est bel et bien révolu ! OMO ne parle plus de vrai miracle ! Et les écoles de commerce, les universités, fondent encore trop souvent leurs enseignements sur les 4P…  Alors que dans les années 90 la marque commençait à déterminer les actions de communication, puis celles de l’entreprise toute entière, les théoriciens du marketing sont restés sur le schéma traditionnel unique. Professeurs reprenant systématiquement leurs cours d’une année à l’autre, consultants sur le tard vivant dans des schémas dépassés, directeurs marketing qui avez peur de Facebook, réveillez-vous ! Si vous avez loupé la vague de la marque, vous ne pouvez ignorer celle du digital !

Le marketing  se définit aujourd’hui comme l’ensemble des actions, associé à des moyens et à des outils,  permettant de comprendre puis de créer une communauté liée à une marque, de faciliter les relations entre ses membres, de répondre à ses envies par la mise à disposition de produits ou de services à la communication associée, de faire en sorte que la production et les dispositifs commerciaux soient en adéquation au rythme de ces envies et de la société. Explications. Lire la suite…

Stress, en marketing et communication: check-up en 4 points avant l’été

Le 03 juin 2012, par Jean-Jacques URVOY
Businessman sinking in heap of documents

Vous travaillez dans le marketing et la communication. Forcément, vous êtes stressés. Quelques conseils de Dominique Aubé, praticienne de shiatsu, dispensés en entreprise sont les bienvenus. J’ai volé ses notes!

Diminuer son stress, c’est d’abord reconnaître ce qui entraîne pour soi du stress positif et du stress négatif pour trouver des solutions permettant de maintenir un niveau de confort au travail satisfaisant. Le stress positif, c’est par exemple être dans une compétition stimulante, être dans la réalisation d’un objectif, être dans le démarrage de nouvelles méthodes de travail, créer, imaginer, etc… Le stress négatif est le stress provoqué par la résistance au changement, la peur, l’absence de lâcher-prise, la non-confiance en des collègues, le conflit, le non-dit, etc… Lire la suite…

Justin Bieber, star et marque

Le 21 mars 2012, par Jean-Jacques URVOY
justin bieber

Les réseaux sociaux sont très utilisés pour promouvoir comme des marques ce qu’on appelle aujourd’hui des stars. Notez que « star » est la traduction d’étoile, et qu’une étoile est un artiste qui nous touche qui a rejoint le ciel après une notoriété populaire. Les stars sont aujourd’hui partout  et souvent psychologiquement anéantis après la vague de notoriété. Participez à une émission qui prétend faire de vous des stars et hop ! Vous êtes une star.

La lexicologie est intéressante sur ce point : la star est célèbre (donc célébrée) alors qu’elle est juste connue (notoriété). Une célébrité prend des tournures d’idoles. Prenez Justin Bieber par exemple. Lire la suite…

Les marques fantômes

Le 23 février 2012, par Jean-Jacques URVOY
3997-marque-repere

J’interviens parfois en conseil sur la symbolique de la communication et particulièrement celle des marques, avec La simple agence. L’identification des choses et des êtres : tout est marque, et la première marque est probablement le pied de l’homme sur le sol, quelque part en Afrique.

Une marque est la réunion de quelque chose qui est écrit et quelque chose qui est dessiné. Mais quel est le discours qu’on raconte sur cette marque ? Quelle est la légende de la marque? Qu’est-ce qu’on lui faire dire?  Ce questionnement est un préalable. Lire la suite…

Du pain et des jeux

Le 26 janvier 2012, par Jean-Jacques URVOY
colisée

L’écran d’aujourd’hui est-il devenu le Colisée romain? Une composante essentielle du marketing est désormais la citoyenneté. On peut se demander comment on en arrive à une société de pain et de jeux, sorte de réplique sourde de la Rome antique. On pourrait rapprocher le pain de ces émissions de télévision du type « Un diner presque parfait ». La crise aide au repli sur soi et à l’endormissement: déco et cuisine deviennent culture courante. Les jeux d’aujourd’hui, quant à eux, sont démultipliés par la libéralisation de certains jeux d’argent, l’autorisation d’en faire la publicité, et la place que prennent les jeux violents sur Internet.

On me dit à l’instant qu’en cette période de crise les jeux de grattage non jamais été aussi achetés dans les bureaux de tabac. Les jeux se vendent bien, et étourdissent les consommateurs qui ont oubliés, fatigués, qu’ils sont eux-mêmes des citoyens responsables. Devant cela, le discours des marketeurs est toujours le même. Lire la suite…

Mauvais marketing et manipulation

Le 24 janvier 2012, par Jean-Jacques URVOY
A pawn and the won king

Nombreux sont ceux qui ont listé et dénoncent les stratégies de manipulation des humains au travers des médias. Intéressant à l’heure de l’élection présidentielle, où l’on peut avoir parfois le sentiment que la campagne relève plus d’écrans de fumée, de causeries diversives, de fausses décisions que de solutions de fond. Noam Chomsky, intellectuel américain parmi les plus cités dans le monde, les a étudiées. Explications.

La diversion est pour Chomsky la première arme de la manipulation. Elle permet le détournement d’attention des citoyens de solutions potentiellement possibles (jadis voitures électriques, aujourd’hui machines à laver le linge sans eau), et des mutations en cours: en boucle, sur toutes les chaînes, on se voit distrait par des informations inutiles, répétées à l’infini dans le moindre détail. Il s’agit pour les citoyens de ne pas avoir accès aux fondements même de la connaissance: économie, géopolitique, enjeux de santé, science des climats, psychologie. Lire la suite…