Archive pour le mot-clef ‘communication’

Stress, en marketing et communication: check-up en 4 points avant l’été

Le 03 juin 2012, par Jean-Jacques URVOY
Businessman sinking in heap of documents

Vous travaillez dans le marketing et la communication. Forcément, vous êtes stressés. Quelques conseils de Dominique Aubé, praticienne de shiatsu, dispensés en entreprise sont les bienvenus. J’ai volé ses notes!

Diminuer son stress, c’est d’abord reconnaître ce qui entraîne pour soi du stress positif et du stress négatif pour trouver des solutions permettant de maintenir un niveau de confort au travail satisfaisant. Le stress positif, c’est par exemple être dans une compétition stimulante, être dans la réalisation d’un objectif, être dans le démarrage de nouvelles méthodes de travail, créer, imaginer, etc… Le stress négatif est le stress provoqué par la résistance au changement, la peur, l’absence de lâcher-prise, la non-confiance en des collègues, le conflit, le non-dit, etc… Lire la suite…

Le consultant et le courtisan

Le 23 mars 2012, par Jean-Jacques URVOY
cour

Il était une fois un roi qui souhaitait nommer son royaume différemment, changer son drapeau et rebâtir son palais. Il fit appel à l’un de ses courtisans. Le courtisan lui dit: « Ô mon roi, quelle idée fabuleuse votre Majesté vient d’avoir! » Et il continua: « Je vais immédiatement convoquer les Grandes Agences du Royaume, rechercher un nom nouveau ». Le roi lui dit: « Faites comme bon vous semble, mais faites-vite ». Le courtisan se retira de la Salle du Trône: « A bientôt Sire ».

Trois Grandes Agences, fournisseurs officiels du royaume, furent contactées et briefées. Chacune demandèrent un dédit de compétition de 10 000 euros or. Une seule fut retenue, qui factura un acompte sur le champ. Le roi prit connaissance des noms de marque qu’elle proposait. Rien ne lui plut. La Grande Agence retenue s’obstina, vexée, sûre de son nom, et proposa un royal logotype. Lire la suite…

Humour, marketing et communication

Le 23 août 2011, par Jean-Jacques URVOY
humour

En période de crise et de mauvais moral, l’humour est un levier publicitaire de plus en plus utilisé. Comme dans les années 30, de nouvelles formes populaires de chansonniers réapparaissent. On utilise les humoristes comme leaders publicitaires. La France suit l’Angleterre dans ce registre.

Il y a plusieurs catégories d’humour. L’humour lisse, par exemple. La communication de masse, les marques transnationales impliquent un humour transgénérationnel, transcommunautariste. C’est un humour pour tout le monde : même les seniors s’identifient aux jeunes et personne ne veut vieillir. Humour asexué, multi-ethnique. Humour « non-segmentant ». Un humour « Caprice des Dieux » ou « Claire Chazal », marques appelées à durer puisqu’elles plaisent au plus grand nombre. Lire la suite…

Jung, au-delà de l’image.

Le 08 juillet 2011, par Jean-Jacques URVOY
Nuage de Mots - Pensée Positive en Français

En 2011, le cinquantenaire de la mort de Jung aura laissé les médias muets, y compris la presse de la communication. Que dit Jung, principalement? Que notre planète n’est pas extensible à l’infini, l’homme a des limites qui ne pourront être franchies et la recherche de l’unité, du juste équilibre, deviennent une nécessité. Aujourd’hui, on est loin du compte. Jung utilise des mots et des images clés, utiles à la conception, la rédaction, la production d’images de notre métier. Mais au-delà, il parle d’images intérieures, fondamentales, gravées dans l’inconscient. Avant la fin de l’année, on va  parler du « Livre Rouge ». Un évènement. De quoi s’agit-il?

« Les années durant lesquelles j’étais à l’écoute des images intérieures constituèrent l’époque la plus importante de ma vie, au cours de laquelle toutes les choses essentielles se décidèrent. Car c’est là que celles-ci prirent leur essor et les détails qui suivirent ne furent que des compléments, des illustrations et des éclaircissements. Toute mon activité ultérieure consista à élaborer ce qui avait jailli de l’inconscient au long de ces années et qui tout d’abord m’inonda. Ce fut la matière première pour l’œuvre d’une vie. » Lire la suite…

Stéphane Hessel, la communication tranquille

Le 07 juin 2011, par Jean-Jacques URVOY
indignez-vous

J’ai rencontré hier Stéphane Hessel, et ai parlé avec lui, en tête à tête, dix minutes. Je venais de lire « Indignez-vous » et « Engagez-vous » (Indigène Ed.). Le bonhomme (au sens noble du terme) est affable et aime à prendre son temps pour expliquer. Vous avez l’impression d’avoir en face de vous un monument humaniste, tout simple, bon, avec une qualité: ne jamais donner de leçons.

Parmi les tics de langage désagréables qui existent, notamment de la part de politiques ou de philosophes médiatiques, on trouve le fameux « Je vais vous expliquer » ou « pourquoi? ». Certes, si des coaches  incitent à marquer des temps d’arrêt pendant une explication, ce type de méthode est peu habile: elle pose la personne immédiatement en donneur de leçon. Cela finit par agacer. Stéphane Hessel, lui, prend son temps et ne fait pas la morale. Lire la suite…

Comment peut-on être consultant?

Le 27 mars 2011, par Jean-Jacques URVOY
?????

Je suis consultant volontaire depuis 2002, après avoir créé et dirigé des agences de communication et de design. Je mets en perspective des problématiques d’enseigne, de design, de communication. J’intègre aujourd’hui la communication digitale dans les stratégies de marques et les études. On me demande encore cette semaine ce qu’est un « bon consultant », l’air un peu suspicieux.

En France, encore trop souvent, tant que vous n’avez pas une secrétaire, une adresse à Paris, et un peu de personnel, vous êtes suspect. D’autant plus si vous écrivez des livres de communication, enseignez en Ecole de Commerce, et donnez quelques conférences. Là, vous êtes souvent taxés exclusivement d’écrivain ou de prof. Lire la suite…