Rédaction digitale : la langue française menacée ?

Le 30 septembre 2013, par Jean-Jacques URVOY
marketing semantique
9 Flares 9 Flares ×

ESC Dijon a créé un master de communication digitale, emmené par Patrice Piccardi et Lionel Cevaër . On y apprend entre autres les règles de la rédaction web, et notamment à adopter un vocabulaire simple, compréhensible par tous. La rédaction digitale, à cheval entre la technique et le storytelling, a le mérite de faire prendre conscience aux étudiants de la nécessité de savoir bien rédiger.

Toutefois, ce type de rédaction, créé pour encourager le référencement et anticipant sur le comportement de moteurs de recherche, nuit-il à la langue française ?

C’est qu’ici, la rédaction n’est pas vraiment libre. Il existe des règles qui s’ajoutent à celles de la langue française. Les mots-clés président à toute rédaction web : pour rédiger, on part d’un ou plusieurs mots-clés. Un peu à la manière d’un jeu où il faut raconter une histoire en plaçant un mot.

La rédaction digitale va marquer une page nouvelle dans l’histoire des langues

La rédaction, parfois, est simple au point d’être simpliste. On évite le jargon trop technique, les néologismes, la création de nouveaux mot (substantivation, sigles). La moindre erreur de grammaire ou d’orthographe est un obstacle à la lecture et surtout au référencement par les moteurs de recherche.

Il faut aller à l’essentiel, avec des phrases courtes (pas plus de 20 mots), des mots courts (3 syllabes maximum). On évite les répétition de mots.

Le titre doit reprendre les mots-clés travaillés, tout comme dans le chapô et les intertitres. Le dernier paragraphe peut amener un lien permettant à l’internaute de rester sur le même site (lien vers un autre article), ou de se rendre sur un autre site traitant du même sujet ou d’un sujet similaire.

Avec ces contraintes et le fait qu’on lit de plus en plus sur les écrans et de moins en moins sur le papier, gageons que la langue française va évoluer.

 

9 Flares Twitter 8 Facebook 0 Google+ 0 9 Flares ×

Un commentaire

  1. Nicolas dit :

    Le pire est la généralisation du #hashtag qui rend les #textes #illisibles.

Laisser une réponse