James Bond, la marque du héros

Le 06 octobre 2012, par Jean-Jacques URVOY
james bond marketing
0 Flares 0 Flares ×

James Bond s’appelle James Bond. Mais pourquoi ? En 1952, Ian Fleming tombe sur l’ouvrage :  « Les oiseaux des Indes Occidentales » écrit par un certain … James Bond, ornithologue de son état. Le nom est tout trouvé. Mais pourquoi James Bond 007 ? Le double 0, 00, signifie que l’agent secret a le droit de tuer. Et le 7, chiffre magique,  signifie tout simplement que c’est le 7ème agent secret autorisé à tuer.

Le vingt-troisième James Bond, Skyfall, sort bientôt et déjà un marketing efficace est en marche. Les anciens acteurs défilent sur toutes les ondes radio (en ce moment même Roger Moore), dans toutes les émissions de TV, pour dire, globalement, que Craig est le meilleur James Bond : plus proche de la réalité de Fleming, plus « normal », etc. Une fuite orchestrée, hier, a révélé la chanson, chantée par Adèle.

Très conventionnelle à la première écoute, elle s’avère efficace. La mélodie épouse le refrain traditionnel de John Barry, inséparable de la marque James Bond, …

James Bond est un vrai business. Si l’on compare tous les épisodes sur un site original et bien fait, tenant compte de l’inflation, c’est Dr. No, le premier de tous les films, qui est le plus rentable. Comme quoi. Actuellement fleurissent des questionnaires sur James Bond, pour mieux connaître le héros et encourager à aller voir Skyfall.

9,3 milliards de recettes, selon Stratégies. Un film de James Bond rapporte près de 450 millions d’euros, pour un budget de 150 à 200 millions d’euros.

La bière et James Bond

Dans les James Bond, on parlait déjà de Martini, on y parle maintenant de Heineken. La Metro Goldwin Meyer, rachetée récemment par Sony, a dû trouver des financements encore plus importants. Le Martini-vodka, le champagne, cohabite avec … de la bière.  On verra Craig buvant une bouteille de Heineken. Plus populaire, plus proche du personnage. On imagine les querelles de fans. Même Daniel Craig était contre !

Comme tous les films à gros budgets, le placement de marques est incontournable. On imagine les valeurs de la marque James Bond, qui est un héros. On connaît ses codes et les aspérités d’image qui font qu’un James Bond est un James Bond. Si cela ne suffit pas à faire un 23ème Tintin, cela suffit, au cinéma, pour changer de réalisateur et d’acteurs à chaque fois ! Ce qui est tout de même incroyable.

Les codes (le générique, la musique de John Barry, le chapeau jeté sur la patère, le « Bond… James Bond » que chacun attend comme on attend de voir l’apparition de Hitchcock dans ses films) permettent, seuls, ce défi.

James Bond est éternel

Guillaume Evin, auteur de « James Bond est éternel »,  explique en quoi ce héros est devenu une marque, une griffe. Effectivement, le logotype, le nom, le chiffre 007 qui le qualifie à la manière de 1164, tous ces signes distinctifs sont déposés par Harry Saltzman et Albert R. Broccoli. Les autres marques, comme Aston Martin, Rolex, puis Omega, Bollinger puis Moët & Chandon, font partie du patrimoine de marque.

James Bond, pour Skyfall commence ses opérations marketing cette semaine, pilotées par Sony Mobiles.  Après le film, pour Noël, on retrouvera un jeu video, des bandes dessinées, et des voitures miniatures.

La routine, quoi !

 

 

 

0 Flares Twitter 0 Facebook 0 Google+ 0 0 Flares ×

Un commentaire

  1. Manon Roger dit :

    La vente aux enchère (sur internet) James Bond par Christie’s London a vraiment très bien marché !
    Tous les types de publics sont fascinés, qu’importe l’âge ou le milieu social… Vous avez raison James Bond est une love marque !

Laisser une réponse