Les causeries du coquelicot

La causerie du coquelicot sur le thème « Hergé au risque de la psychanalyse » fait l’objet de deux soirées, les 8 octobre et le 5 novembre, à mon cabinet.

Pourquoi ce thème ?

  • Parce que j’aime Tintin, comme tout le monde, mais surtout Tintin m’a beaucoup marqué. Mon premier album est le Lotus Bleu. Tintin m’a appris en vrac la connaissance des autres, le goût des voyages, des valeurs comme le courage, la persévérance, l’altérité, l’héroïsme modeste : il est un chevalier qui délivre, un héros en quête d’un but, d’une vérité. Après d’autres conférences, j’ai eu le privilège de faire une conférence lors de l’exposition Hergé au Grand-Palais en accompagnant des experts dans un voyage symbolique au travers Hergé.
  • Parce que je me suis toujours demandé : pourquoi Tintin, ça marche, universellement. Qu’est que Hergé a pu distiller dans son œuvre ?
  • Et au-delà, est-il possible de « psychanalyser » un auteur au travers de son œuvre, du moins le comprendre ? Comment il fonctionne ? Quels secrets cache-t-il ?

Mais c’est au niveau de l’inconscient que nous nous situons ici.

La lecture psychanalytique démontre que cette lecture touche beaucoup, inconsciemment (étude des lapsus, des rêves, des actes présageant un événement, comme Tintin qui rêve que Tchang est vivant au début du Tibet, ou comme Haddock qui casse littéralement sa pipe dans sa cellule alors qu’il est condamné à mort).

Et il y a plusieurs points de discussion dans cette causerie :

  • Serge Tisseron, psychiatre et psychanalyste, qui a beaucoup travaillé sur les secrets de famille (voir ouvrages), reconstitue, au filtre de la psychanalyse, l’ascendance d’Hergé. Est-ce plausible, peut-on raisonnablement découvrir un auteur ou une auteure au travers de son œuvre, des symboles, des lapsus, des erreurs, des anachronismes qu’elle contient ?
  • Le « mythe du surenfant», titre d’un ouvrage de Jean-Marie Apostolidès. Pourquoi Tintin plait aux enfants, même maintenant, quelles que soient les cultures, mais aussi aux adultes ?
  • La quête intime de soi, au travers notamment de la recherche d’un trésor, d’un Graal. Pourquoi nous voulons tous être Tintin ?
  • La projection de soi dans l’image même de Tintin. Pourquoi s’identifie-t-on à Tintin ?
  • La quête du double. Hergé recherchait-il son double ?
  • Hergé et la psychanalyse. En a-t-il fait une ?

Les inscriptions sont complètes, contactez-moi pour de plus amples informations.

 

Laisser un commentaire