Stéphane Hessel, la communication tranquille

Le 07 juin 2011, par Jean-Jacques URVOY
indignez-vous
0 Flares 0 Flares ×

J’ai rencontré hier Stéphane Hessel, et ai parlé avec lui, en tête à tête, dix minutes. Je venais de lire « Indignez-vous » et « Engagez-vous » (Indigène Ed.). Le bonhomme (au sens noble du terme) est affable et aime à prendre son temps pour expliquer. Vous avez l’impression d’avoir en face de vous un monument humaniste, tout simple, bon, avec une qualité: ne jamais donner de leçons.

Parmi les tics de langage désagréables qui existent, notamment de la part de politiques ou de philosophes médiatiques, on trouve le fameux « Je vais vous expliquer » ou « pourquoi? ». Certes, si des coaches  incitent à marquer des temps d’arrêt pendant une explication, ce type de méthode est peu habile: elle pose la personne immédiatement en donneur de leçon. Cela finit par agacer. Stéphane Hessel, lui, prend son temps et ne fait pas la morale.

Il ne fait qu’expliquer les faits. Nous parlons ensemble du texte du Conseil National de la Résistance qui n’a pas pris une ride. Déporté deux fois à Buchenwald, Stéphane Hessel est aussi co-rédacteur de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme en 1948, avant d’être collaborateur de Pierre Mendès France, alors Premier ministre.

Stéphane Hessel n’a pas la mémoire courte et a une longue expérience. Lui parle, mais a toujours agit, en donnant du sens lié à une grande humanité. Il va à son rythme qui n’est pas le rythme d’un homme de plus de près de 95 ans. Mais l’espérance le fait vivre et le tient debout. La transmission aussi: il parle des jeunes, du courage qu’ils doivent avoir. Il redonne une énergie, il redonne confiance. Il se méfie des gesticulations, des déclarations rapides. La démocratie demande parfois un temps long.

Le petit bonhomme sépare les mains dans son dos, me salue et va faire sa conférence, alerte. Debout.





0 Flares Twitter 0 Facebook 0 Google+ 0 0 Flares ×

Laisser une réponse