Pic de pollution sur la France : l’eau au secours de l’air

Le 15 mars 2014, par Jean-Jacques URVOY
masque air
9 Flares 9 Flares ×

On connaissait Pékin et la Chine pour ses traditions et son éveil économique. Mais voilà : plus de 12 millions de personnes y meurent chaque année à cause de la pollution de l’air.  Un brouillard en permanence au-dessus de la ville. Les pics de pollution sont devenus presque normaux, alors que cette pollution est dangereuse pour la santé à cause de ce qu’on appelle pudiquement « particules fines ».

On a constaté qu’autour de soi, à Paris, 2 personnes sur 5 étaient touchée par un peu d’asthme, des toussotements, des allergies (alors qu’il n’y a, selon stallergenes.fr aucune alerte pollenique). Les médecins détectent des pharyngites, des rhumes…Mais non : il s’agit de l’attaque de l’humain par la pollution, alors qu’aucune mesure n’est prise. Il s’agit de cancers potentiels, comme ceux qu’ont ces agriculteurs utilisant des pesticides à outrance.

L’eau à la rescousse de la pollution de l’air

Et pourtant, l’eau pourrait venir à la rescousse de la pollution. Selon le Huffington Post,  « Yu Shaocai, un professeur de l’université de Zhejiang propose d’équiper le haut des immeubles d’un système d’arrosage géant ». Cette installation permettrait de faire baisser le nombre de particules fines à 35 microgrammes par mètre cube, alors que  Pekin est à 89,5 microgrammes.

L’eau en pluie deviendrait un bon moyen pour lutter contre la pollution de l’air. L’eau vient déjà souvent en aide au feu pour l’éteindre. Et maintenant à l’air. Cet élément, le plus maternel de tous les éléments, devient un refuge. Il fait baisser le taux de particules fines et fait en sorte que l’on se sent mieux.

« Le système imaginé par Yu Shaocai a de quoi séduire. Rapide, il pourrait faire chuter le taux (…) au niveau recommandé en 30 minutes ».  Il s’agirait d’arroser du haut des immeubles à moindre coût. L’eau, comme dans le les fontaines de jardin,  pourrait être recueillie et à nouveau vaporisée.

Ce projet sera  testé sur le campus de l’Université de Zhejiang, puis dans la ville de Hangzhou. A Paris, on pourrait imaginer des arrosoirs géants installés en même temps que les échaffaudages destinés à nettoyer les carreaux sur les tours. La Tour Eiffel, la tour Montparnasse, en seraient équipés, comme on en trouverait le long des Champs-Elysées. Chaque immeuble pourrait aussi avoir son pollu-arrosage personnel. Un moyen efficace pour lutter contre les micro-particules. Des débouchés pour les opérateurs d’eau en France, comme Veolia ?

Mais avant cela, des mesures s’imposent : pourquoi ne plus interdire les voitures dans Paris en période de pollution ? Pourquoi ne pas arrêter systématiquement le diesel ? Pourquoi ne pas encourager le port d’un masque ?

Mais estimons-nous heureux. Selon le Centre d’information sur l’eau, l’eau du robinet n’est pas radioactive !

Lire l’article du Huffington Post ici.

9 Flares Twitter 4 Facebook 5 Google+ 0 9 Flares ×

Un commentaire

  1. Nicolas dit :

    Sauvé par de l’eau…

Laisser une réponse