Le Nouvel Obs et les marques

Le 28 novembre 2010, par Jean-Jacques URVOY
Capture d’écran 2010-11-28 à 11.53.10
0 Flares 0 Flares ×

Dans son article: « Qui a raté la marque? » de cette semaine (voir couverture ci-contre), François Reynaert ironise sur le Jeu du Logo et des Marques. Nous y avions consacré un article. Réponse.


Bonjour,

Merci pour votre article sur “Le Jeu du Logo et des Marques”, jeu dans lequel je n’ai aucun intérêt. Ce n’est qu’un jeu qui ne permet pas effectivement  de réfléchir au monde de demain sur des bases saines.   Spécialiste de la marque, je lis depuis très longtemps le Nouvel Obs et en particulier vos articles. J’avais cependant arrêté mon abonnement lorsque le nombre de pages de pub était devenu trop nombreuses et écrasaient les articles. J’avais échangé à l’époque, à ce sujet, avec Françoise Giroud.

Mais franchement, que vient faire votre bel article, dans un numéro où, précisément,  des marques et leur publicité occupent une couverture vendue avec rabat? Où la Principauté de Monaco (qui est une marque) occupe six pages d’annonces publicitaires? Où l’on peut tromper (mais si) les lecteurs avec des publi-reportages? Où les marques de luxe, à l’approche de Noël, commencent indécemment à envahir votre journal, celles justement qui relèvent de la “publicité idiote” dont vous parlez? Et où les marques sont utilisées comme marqueurs générationnels, dans l’article de Lisa Vaturi, p. 146?

J’aime le pamphlet, l’indignation fausse et fine. Mais bah… votre article n’est juste qu’un amusement!

Jean-Jacques Urvoy

0 Flares Twitter 0 Facebook 0 Google+ 0 0 Flares ×

2 commentaires

  1. ce jeu n’a effectivement pas pour mission de faire réfléchir au monde de demain

    quoique…. il met en valeur, à sa manière (ce n’est pas un livre !!!!) les créateurs qui ont réfléchit au monde de demain par les innovations qu’ils ont créées et dont je parle….

    pour autant, l’article du Nouvel Observateur témoigne, par la mauvaise foi du journaliste, que ce dernier n’a pas lu toutes les cartes. Il entre dans la catégorie bien connue en France depuis au moins deux siècles de ces « antimodernes », de ces gens qui ont peur de l’autre, de la modernité, de l’altérité ; de ces gens qui restent cloitrés au sens religieux et physique du terme dans leur pensée nécrosée; de ces gens qui, par peur de ne pas maîtriser tel univers de la connaissance, la voue aux gémonies; de ces gens prisonniers de leur image, bref des sectaires

    c’est tellement facile, aujourd’hui de critiquer les marques, la pub…. Que ce journaliste aille vive en Corée du Nord !!!! c’est là où est le cauchemar, dénoncé par ce même « journaliste », pas dans le jeu Le Logo !!!!

    ce journaliste exorcise son mal-être, expurge son pu/acnée comme hier, les gens d’extrême droite stigmatisaient « l’anti-France »

    on retrouve la même structure mentale : les mythes du complot (ici le monde de l’argent), de l’âge d’or (revenir au temps sans marque), le mythe de l’unité, le mythe de la pureté, de la transparence….

    pendant longtemps, la France s’est singularisée, entre autre, par une culture du Politique. Combien de livre à la Fnac ou ailleurs sur les créateurs d’entreprises, les marques, le marketing….

    or, l’histoire et l’avenir d’une société ne s’écrivent pas seulement au Parlement; ils s’écrivent dans et par les entreprises, les entrepreneurs et tous ceux qui oeuvrent, agences de publicité, agences de design, cabinets d’études….

    ce jeu, dont j’ai écris les quelques 1 600 questions et cartes a pour modeste ambition de faire découvrir de manière ludique et pédagogique (qui sait ce qu’est un palindrome ? les mythes romains et grecs, les références à la litterature..) l’univers des marques à ceux qui se savaient pas que derrière ¨Peugeot, Nestlé et bien d’autres, il y a des créateurs qui ont relevé des défis.

    ce jeu est le jeu des « pourquoi » ? pourquoi un coquillage pour Shell, pourquoi appeler un parfum vol de nuit…)

    soyons un peu curieux du monde dans lequel on vit, ses signes (sémiologie), ses hommes, ses sons, ses touchers, ses odeurs…

    n’ayons pas peur !!!!!

    la marque est la seul utopie, qui devient réalité et qui n’engendre pas les génocides dont certains au reste furent cachés par ce même Nouvel Observateur. Je renvoie aux articles forts élogieux de Jean Lacouture sur le régime naissant de Pol Pot !!!!

    c’est là-bas que le cauchemar naissait, pas aujourd’hui dans un jeu sur les marques !!!!

    au reste comment oser s’appeler encore « Nouvel Observateur » quand on demeure encore un « Ancien Observateur » ou un « Observateur sectaire »

    accuser les marques de manipuler les esprits !!! la belle affaire

    c’est ce genre de journaliste qui manipule les esprits

    jean watin-augouard

  2. GENDREAU dit :

    Bonjour !

    Je souhaite apporter ma modeste pierre à ce témoignage.

    En effet, je me suis prêté au « jeu des logos et des marques » : et pour être honnête, j’y ai pris beaucoup de plaisir. Mr Wattin Augouard, je vous ai eu en cours au CEPE d’Angoulême, et je vous avoue que j’ai retrouvé dans les questions de ce jeu l’ouverture d’esprit et un tas de connaissances enrichissantes pour quiconque aime se cultiver et satisfaire sa propre curiosité.

    Il est sûr que le monde des marques et des entreprises est aujourd’hui la cible des anti-capitalistes mais pour autant, cet univers de la marque est riche en enseignement et en originalité. On ne se penche pas ici sur l’impact des entreprises et des marques, mais au contraire sur les origines et l’univers des marques.

    Allons Monsieur le journaliste du Nouvel Obs, votre métier n’est-il pas de mettre EGALEMENT en lumière des activités ludiques et positives ? Ou plutôt préférez-vous concentrer vos écrits sur la critique ?

    Prenez le temps de jouer à ce jeu avec des enfants, avec des esprits ouverts et dynamiques, et vous verrez que le plaisir s’en ressent de pouvoir passer un moment convivial et créatif !

    A bon entendeur !

Laisser une réponse