Le lobbying, entre marketing et déontologie

Le 12 juillet 2013, par Jean-Jacques URVOY
traité de lobbying
0 Flares 0 Flares ×

Assane Boye est avocat, spécialisé en lobbying. On se demande bien pourquoi le lobbying relève de la fonction d’avocat, alors que, il y a encore plusieurs années, des groupes de communication comme BBDO disposaient de filiales spécialisées. Assane Boye fait paraître un ouvrage qui l’explique, utile aux responsables marketing qui informent, communiquent, en mettant à jour les avantages de tels ou tels services ou produits. On comprend, devant la complexité apparente du lobbying, la nécessité.

Tout le monde est concerné par cet ouvrage : professionnels du Droit, des Sciences politiques, de la Communication, de la Sociologie, de l’Economie, de la Gestion et du Management, des  décisionnaires politiques, des chefs d’entreprises, des consultants en communication, des syndicalistes, des dirigeants d’organisations non gouvernementales et d’associations… Le lobbyiste passe en revue l’histoire, l’organisation et les méthodes de la profession de lobbying à travers de cas pratiques concrets, puis nous invite à réfléchir sur les rapports que ce mode d’influence politique entretient avec la démocratie : le lobbying peut-il être un facteur de promotion de la démocratie ?

Certes, la profession est controversée, mais Assane Boye insiste sur les meilleures pratiques, et la déontologie du lobbying.
Assane Boye sait de quoi il parle pour avoir traité des problèmes concrets en tant qu’avocat à la Cour d’appel de Paris. Diplômé de Sciences politiques, de Sociologie politique et de Philosophie, il enseigne en Master le Droit des marchés et instruments financiers. Il connaît donc les enjeux financiers du lobbying.

Assane Boye, avec lequel j’échange souvent des points de vue en communication, est l’auteur d’articles  :« Pour une définition juridique du lobbying »,  « Du trafic d’influence à l’influence par la communication : le second âge du lobbying ? », « La tardive apparition des cabinets de lobbying en France : une donnée historique et institutionnelle ».

La simple agence, qui travaille sur des dossiers de e-reputation, peut avoir recours au lobbying pour faire entendre un point de vue.

Pour commander : Jean-Jacques Salomon, Editions du Palio,  06 07 67 46 00, ou en librairie.

 

0 Flares Twitter 0 Facebook 0 Google+ 0 0 Flares ×

Un commentaire

  1. Le « lobbying », un secteur effectivement flou dans sa déontologie… Aujourd’hui, la confusion est totale pour certain et cela engendrerait des incompréhensions dans l’exercice de leur fonction. Ici, le sujet est clair et précis, d’ailleurs un grand merci à l’auteur…

Laisser une réponse