Le consultant et le courtisan

Le 23 mars 2012, par Jean-Jacques URVOY
cour
0 Flares 0 Flares ×

Il était une fois un roi qui souhaitait nommer son royaume différemment, changer son drapeau et rebâtir son palais. Il fit appel à l’un de ses courtisans. Le courtisan lui dit: « Ô mon roi, quelle idée fabuleuse votre Majesté vient d’avoir! » Et il continua: « Je vais immédiatement convoquer les Grandes Agences du Royaume, rechercher un nom nouveau ». Le roi lui dit: « Faites comme bon vous semble, mais faites-vite ». Le courtisan se retira de la Salle du Trône: « A bientôt Sire ».

Trois Grandes Agences, fournisseurs officiels du royaume, furent contactées et briefées. Chacune demandèrent un dédit de compétition de 10 000 euros or. Une seule fut retenue, qui factura un acompte sur le champ. Le roi prit connaissance des noms de marque qu’elle proposait. Rien ne lui plut. La Grande Agence retenue s’obstina, vexée, sûre de son nom, et proposa un royal logotype.

Le roi ne fut pas satisfait pour autant. Le courtisan reçu la facture du logotype et la régla vite, sans le dire au roi. Il demanda à la Grande Agence de proposer des plans du Palais en une nuit, afin de donner toute satisfaction au roi et rester à la Cour. Avant même de présenter le royal projet, la Grande Agence factura le solde de la royale prestation, qui s’élevait en tout à plus de 150 000 euros or.

Las! Le roi ne fut pas plus heureux des plans, qui s’inspirèrent de l’esprit du Logotype royal qu’il avait refusé. Il congédia le courtisan et son ministre des finances, lequel avait réglé la prestation sans le royal sceau. C’est alors que le roi décida de sortir de l’enceinte de son royaume, fatigué des Grandes Agences, des courtisans, et des révérences inutiles. En ces périodes de disette, il souhaitait rencontrer une agence simple.

Près de la place de son Dauphin, aujourd’hui Place Dauphine, il croisa un consultant qui était associé dans une simple agence. Il voulut  le conduire dans son château sur le champ. Le consultant lui répondit qu’il ne pourrait s’y rendre que le lendemain, ce qui déplut au roi. Le lendemain, le consultant arriva, accompagné de son associé de La simple agence. Ils écoutèrent le roi. Ils se turent, puis rentrèrent.

Après une demie-journée de travail, le consultant et son associé décidèrent de ne pas faire de devis inutile. Ils demandèrent audience au roi. Le roi les reçurent, et entendit leur discours. « Sire, le nom de votre royaume est le bon, le drapeau est beau et signifie bien ce que vous représentez, votre Palais est reconnu. Pourquoi changer tout cela? Ce qu’il faut simplement changer, c’est votre façon de gouverner. Il ne faut pas faire confiance aveuglément à vos courtisans. il faut préférer une équipe d’hommes objectifs, dont le principal souci est la pertinence de leurs conseils, et non pas le désir de flatter ».

Le roi s’étonna de ce discours. Mais le lendemain, il appela La simple agence, travailla avec elle, et décida d’en faire la seule agence en son royaume.

 

 

Photo©Château de Versailles, in Bulletin officiel du Centre de recherches du Château de Versailles,

 

0 Flares Twitter 0 Facebook 0 Google+ 0 0 Flares ×

Un commentaire

  1. Un excellent moment passe en votre compagnie, merci bien pour cette lecture.

Laisser une réponse