Eau et éthique: un exemple d’engagement

Le 18 mai 2012, par Jean-Jacques URVOY
happy water inde
0 Flares 0 Flares ×

Philippe Cubells, le manageur, avec lequel j’ai déjà eu l’occasion de travailler, a rencontré à Stanford, Californie, il y a 14 ans, Sridhar Jagannathan, l’ingénieur, originaire de Madras (Inde). Sridhar et Philippe, il y a presque dix ans, font un constat simple: avoir une bonne qualité de vie est essentiel, le PIB mesure aussi le bien-être brut. Ils ont alors unis leurs forces pour contribuer au bien-être des consommateurs en s’inspirant de l’Ayurveda et de ses pratiques. Résultat: une gamme de boissons au goût inédit, dont nous avons déjà parlé dans ce blog.

Apparue en Inde il y a plus de 5000 ans, l’Ayurveda, « science de la vie », est la plus ancienne médecine documentée. L’Ayurveda arrive jusqu’à nous grâce aux routes marchandes et aux savants et essaiment de la Chine à l’Europe, en passant par l’Egypte. Cette science utilise des remèdes à base de plantes depuis des milliers d’années et répertorie les plantes en fonction de leurs effets à court et long terme ainsi que les interactions médicamenteuses et alimentaires.

L’Ayurveda, en Inde, est enseignée en université et a ses cliniques, ses hôpitaux et ses médecins ayurvédiques comme pour l’allopathie. L’Ayurveda inspire toujours de nombreuses traditions médicales dans le monde entier, et est à l’origine notamment de la médecine chinoise: les médecins chinois, dont la science est millénaire travaillent sur les méridiens d’acupuncture et prescrivent des plantes. Le tout sans chimie. Au moment où les médicaments sont de moins en moins remboursés, où la médecine traditionnelle ne vient pas à bout de maux récurrents (mal de dos, sommeil, stress, etc.), le yoga, le shiatsu sont de bons relais. Ces médecines dites « parallèles », en fait beaucoup plus anciennes que l’allopathie, sont de plus en plus intégrées dans l’esprit des gens. Il n’y a qu’à voir le nombre de boutiques de massages ayurvédiques ou chinois à Londres!

La dimension éthique est donc très présente dans l’entreprise de Philippe Cubbells. On le sait: l’eau est sacrée en Inde, et The Green & Blue Veda participe à l’amélioration de l’approvisionnement en eau potable.  La mission de la marque est d’encourager les pratiques ayurvédiques et de s’engager aussi dans des actions type Fairpride, le 13 mai dernier. La Fairpride est le festival promouvant le commerce équitable, organisé par Artisans du Monde. A cette occasion, The Green&Blue Veda a reversé une partie des résultats de la vente de ses produits à une action qu’elle mène à Bangalore. 20% de la recette ont en effet été alloués à l’achat ou à l’entretien d’un purificateur d’eau dans une école de la VivekaVardhini Education Society.

La VivekaVardhini Education Society a beaucoup apporté à sa communauté, depuis l’ouverture du premier collège au Bangalore. Elle a contribué à la promotion de l’éducation des jeunes filles. The Green & Blue Veda s’engage à ses côtés en participant à l’amélioration de l’approvisionnement en eau potable, lequel sera, comme le rappelle Le Centre d’information sur l’eau, largement évoqué au prochain sommet de Rio.

Un exemple à suivre…

Photo: source The Green&Blue Veda
0 Flares Twitter 0 Facebook 0 Google+ 0 0 Flares ×

Un commentaire

  1. Nicolas dit :

    A propos de l’eau, j’ai une éthique assez simple : j’évite d’en boire.

Laisser une réponse