11 septembre 2011, triste anniversaire.

Le 09 septembre 2011, par Jean-Jacques URVOY
11 septembre
0 Flares 0 Flares ×

On me demande de dire ce que je faisais le 11 septembre 2001. Après avoir accepté-bien-obligé cet étrange passage au 21ème siècle, je me souviens m’être dit qu’aucun événement ne pourrait traduire le passage à un autre siècle, ni même cette débauche de feux d’artifices pour le millénaire. Tout serait bêtement comme avant. C’était compter sans ce 11 septembre.

Je me souviens des double-pages de Pilote et ses Pilotoramas: entre les buildings imaginaires à la Schuiten, volaient des voitures propulsées par une énergie inconnue, et des petits avions genre Aviolib’ qui les accompagnent. En attendant le millénaire, ma question secrète, un peu oubliée,  c’était cela: les voitures voleront-elles? Quand soudain…

Ce matin-là je vais chez 3M à Cergy, pour la marque Scotch-Brite. En voiture, j’apprends en direct à la radio, vers 14 h 30, qu’une première tour est touchée par un avion. Après tout, Hollywood nous a entraîné au pire.
Arrivé tôt sans avoir déjeuné, je m’installe au McDonalds d’en face, vers 15 h, peut-être pour me rapprocher des US.  Et là, sur l’écran télé, je vois en direct la deuxième tour atteinte par un autre avion, juste avant mon rendez-vous de 16 heures.
Je ne me dis pas une seule seconde que ce peut être un attentat. Mais le constat est là, et le commentateur indique que ce ne peut pas être une coïncidence. Je me présente un peu sonné à l’accueil de 3M.
Curieuse réunion que celle chez 3M: presque tous ne savent rien, certains ne savent que pour le premier avion. Je leur annonce qu’un avion s’est écrasé sur la seconde tour. On ne me croit pas, on pense à une blague déplacée.

Plus tard, en rentrant, j’apprendrai l’écrasement contre le Pentagone. Mes clients, au téléphone, s’excusent de ne pas m’avoir cru. Le géant américain 3M est atteint.

Au-delà de l’utilisation médiatique de l’événement, par y compris par les américains eux-mêmes, je regrette aujourd’hui que des petites voitures ne volent pas gentiment entre les buildings du monde entier.

Le 11 septembre, comme pour beaucoup, toute illusion de fin de crise s’était envolée.  10 ans après, nos rêves d’enfants et l’american dream en prennent encore un coup, dès qu’on me fouille dans un aéroport.

Photo © vgramagin / fotolia

0 Flares Twitter 0 Facebook 0 Google+ 0 0 Flares ×

Laisser une réponse