Archive pour la catégorie ‘Le Monde tel qu’il va’

Riton la Manivelle

Le 30 septembre 2015, par Jean-Jacques URVOY
riton la manivelle

Lorsqu’on habite Paris, on ne visite jamais la Tour Eiffel. De la même façon, on n’écoute jamais l’un des derniers chanteurs populaires de rue. J’ai toujours connu Riton la Manivelle. Il se promène avec un orgue de Barbarie dans les hauts de Belleville, et souvent il est invité dans des soirées privées. Riton est une figure de Paris, un monument historique.

On n’en parle pas dans les guides et les guides ne font pas l’effort de grimper au restaurant Le Vieux Belleville. Il chante bien, il chante fort. Il connaît tout le répertoire des chansons populaires par cœur. Et il a aussi les siennes. Au Vieux Belleville, on vous remet un livret avec les chansons de Riton, et tout le monde chante. Parfois, un accordéoniste l’accompagne. Pas pour faire parisien, mais parce que ces chansons-là, c’est avec un accordéon que ça se chante. Et il faut y aller avec des amis. Lire la suite…

Comment faire travailler ses clients ?

Le 05 janvier 2015, par Jean-Jacques URVOY
station service

En 30 ans, alors que les prix globaux des services ont augmenté, des services sont souvent assurés par nous-mêmes. Un comble ! Au restaurant, il faut parfois ranger ses plateaux-repas. A la banque, il faut remettre les chèques soi-même via une machine. Dans les stations service, plus personne. Et la liste est longue : imprimer ses billets d’avion, ses billets de spectacles.

Commander sur Internet et aller au drive chercher ses achats : le client désormais travaille pour les marques. Aux caisses, il met lui-même ses achats alimentaires dans des sacs désormais payants, quand ce n’est pas être caissier lui-même, présentant les produits achetés devant des codes barres, etc … Il fait ses paquets cadeau lui-même, lorsqu’il y a du papier et du ruban. Mais au fait : où est le service ? Lire la suite…

Pic de pollution sur la France : l’eau au secours de l’air

Le 15 mars 2014, par Jean-Jacques URVOY
masque air

On connaissait Pékin et la Chine pour ses traditions et son éveil économique. Mais voilà : plus de 12 millions de personnes y meurent chaque année à cause de la pollution de l’air.  Un brouillard en permanence au-dessus de la ville. Les pics de pollution sont devenus presque normaux, alors que cette pollution est dangereuse pour la santé à cause de ce qu’on appelle pudiquement « particules fines ».

On a constaté qu’autour de soi, à Paris, 2 personnes sur 5 étaient touchée par un peu d’asthme, des toussotements, des allergies (alors qu’il n’y a, selon stallergenes.fr aucune alerte pollenique). Les médecins détectent des pharyngites, des rhumes… Lire la suite…

Des packagings libres de Carrefour aux packagings Monoprix

Le 01 février 2014, par Jean-Jacques URVOY
MONOPRIX packagings

L’histoire des marques de distribution commence en 1869 en Grande Bretagne, où Salisbury commence à signer ses emballages. Casino fait de même, en 1901. Puis, il y a un homme en 1928, Théophile Bader, qui crée les premiers magasins à prix unique, qu’il appelle Monoprix. Le Printemps lance alors Prisunic peu après, et  en 1976, on assiste à la première campagne Carrefour sur les produits libres « voici les produits sans nom, ils sont aussi bons, ils sont moins chers » ; c’était une campagne avec une mouette, c’était le temps du film Jonathan le Goéland, qui avait inspiré cette campagne.

On va alors entrer dans une spirale MDD, qui va voir disparaître certaines marques nationales ou certains producteurs. Qui va aussi conduire vers le discount. En 1977, Mammouth réplique avec des produits Mammouth, Cora lance les produits qu’il appelle « les produits simples », en 1979, Disco lance « 10/10 » qui est une marque disparue. Lire la suite…

Qu’est-ce qu’elle vous a fait, l’eau du robinet ?

Le 31 janvier 2014, par Jean-Jacques URVOY
test eau du robinet eau en bouteille

L’eau du robinet et l’eau en bouteille : ce pourrait être le titre d’une fable de La Fontaine, tellement ce débat fait rage. Faut-il préférer l’eau en bouteille à l’eau du robinet ? Historiquement, nous disposons de belles sources dont certaines ont bénéficié de la vogue des cures thermales au début du 20 eme siècle. Nos deux plus grandes marques sont Vittel (Nestlé) et Evian (Danone). Ces eaux ont fait de l’eau en bouteille un véritable marché.

Comme toutes les autres, elles présentent un positionnement pointu. Evian, c’est la jeunesse (biberon, Alpes). Vittel, la vitalité. Les eaux minérales proposent très directement des promesses santé. Le magnésium pour Hépar, le calcium pour d’autres, contribuant ainsi aux soucis de fatigue  ou d’os.

Les eaux de source, quant à elles, ne promettent pas la santé, juste la désaltération. Dans ce contexte, pourquoi alors ne pas boire d’eau du robinet comme c’est le cas dans la grande majorité des pays ? Lire la suite…

Pourquoi Wikipedia va disparaitre

Le 14 novembre 2013, par Jean-Jacques URVOY
Troupeau de moutons

Wikipedia n’est pas objectif. Il existe une quantité d’articles en ligne pour le rappeler. En effet, des internautes rédigent des articles avec plus ou moins d’expertise.

Une fois mis en ligne, un article peut faire l’objet de modifications sans fin.

Au-delà de cela, il y a les hommes mystérieux de Wikipedia qui vérifient les articles. Sur quelles bases ? Mystère.

Il en va ainsi pour les articles liés à un savoir, ou les biographies. Qui décide de quoi ? On m’a écrit deux fois ma biographie. Récemment, sans crier gare, cette biographie a été supprimée. Ceux qui décident du sort de ce qui est publié ou non utilisent des pseudos. Pourquoi ? Lire la suite…

L’avenir du packaging exige des adaptations

Le 17 octobre 2013, par Jean-Jacques URVOY
http://www.ecocitizenaustralia.com.au/biodegradable-packaging/

En avant première, ma rubrique du prochain Etig&Pack !

Les plus grandes marques adaptent leurs packagings au pays, et bientôt à la ville de commercialisation. Par ailleurs, la biodégradabilité, la recyclabilité, la diminution du poids, la réduction de la taille des emballages, l’emploi d’éco-recharges et l’élimination des suremballages constituent les principales revendications des utilisateurs (1).  Décidément, les industriels et les équipes marketing ont du pain sur la planche. 

Le phénomène d’internationalisation des marques n’est pas nouveau. Les exemples de marques mondiales ne manquent pas, quels qu’en soient les secteurs : Coca-Cola, Bic, Scotch, Renault, Heineken, McDonald’s, Carrefour, Cartier, Swatch, Évian, Danone,… Ces marques ont réussi à s’imposer mondialement en créant un consensus dans la vision et dans les valeurs de leur marque. Lire la suite…

Le lobbying, entre marketing et déontologie

Le 12 juillet 2013, par Jean-Jacques URVOY
traité de lobbying

Assane Boye est avocat, spécialisé en lobbying. On se demande bien pourquoi le lobbying relève de la fonction d’avocat, alors que, il y a encore plusieurs années, des groupes de communication comme BBDO disposaient de filiales spécialisées. Assane Boye fait paraître un ouvrage qui l’explique, utile aux responsables marketing qui informent, communiquent, en mettant à jour les avantages de tels ou tels services ou produits. On comprend, devant la complexité apparente du lobbying, la nécessité.

Tout le monde est concerné par cet ouvrage : professionnels du Droit, des Sciences politiques, de la Communication, de la Sociologie, de l’Economie, de la Gestion et du Management, des  décisionnaires politiques, des chefs d’entreprises, des consultants en communication, des syndicalistes, des dirigeants d’organisations non gouvernementales et d’associations… Lire la suite…

Crise et prospection : le marketing de la taupe

Le 01 juillet 2013, par Jean-Jacques URVOY
Mole on molehill

Un groupe de travail, composé d’entrepreneurs, et divers entretiens ont permis d’étudier comment il fallait s’y prendre pour conquérir de nouveaux clients en période de crise, lorsqu’on travaille en agence. Compte-rendu.

Tout d’abord, chacun est d’accord pour dire que mieux vaut fidéliser les clients acquis qu’en recruter d’autres. Basique. Mais voilà : les clients acquis ont moins de budget, et il faut en gagner d’autres de toute façon.

Dès lors, tout l’arsenal de prospection agence y passe : typologie du fichier clients et prospects, newsletters, newsletters ciblées, appels téléphoniques, invitations ciblées, évènements Facebook, organisation de petits déjeuners à thème, etc.

Les mails et les newsletters : Google se charge de les mettre en spam. Et les appels téléphoniques, les prospects n’ont plus le temps. Lire la suite…

Marketing, politique et design : l’innovation nécessaire

Le 21 avril 2013, par Jean-Jacques URVOY
bra04294

 Designers, hommes politiques ou hommes de marketing et communication qui voulez changer le monde… Avant de vouloir changer le cours des choses par le biais d’associations,  de partis politiques, de courants philosophiques, de spiritualités douteuses, de sectes ou de religions, de concepts, commençons donc par nous changer nous-mêmes : voilà la clé du changement.

Il ne peut y avoir de changement planétaire sans se changer soi-même petit à petit, jour après jour, en toute modestie. En design, en technologie, en politique, les grandes innovations sont souvent modestes. Et elles nécessitent un calme immense dans un chaos environnant. Elles utilisent des leviers nouveaux, invisibles, anticipés. Lire la suite…