Le nouveau Tintin est arrivé

Le 02 mars 2012, par Jean-Jacques URVOY
Couv_106112
0 Flares 0 Flares ×

J’ai déjà parlé ici de Harry Edwood, illustrateur utilisant la ligne claire inventée par Hergé. Je l’ai connu chez Carré Noir, puis dans mon agence Le Clan Design, avant La simple agence. Mais voilà: il a volé de ses propres ailes et est allé très loin. Il a dans ses cartons ses propres histoires, ses propres personnages. Et, à ses heures perdues, il dessine des couvertures ou des albums de Tintin qu’il offre à ses amis. Voyage au pays d’Harry.

Il a une idée fixe depuis l’enfance: il veut dessiner comme Hergé. Il en a toujours rêvé. C’est un Bob de Moor en puissance, au trait plus sûr peut-être. Il connaît Jean-Pierre Talbot, celui qui a incarné Tintin et les Oranges bleues. Il trouve que Spielberg a formidablement réussi son film. Il se réveille parfois la nuit au milieu d’une histoire de Tintin.

Les couvertures « ligne claire » mettant en scène Tintin sont exceptionnelles. Parmi les titres: Le Rocher des Kangourous, Le Projet O-Light, Escale à Biarritz, Les Héros pétrifiés. Pour les albums, le dernier se nomme Les Elfes de Moulinsart. L’histoire est courte, bien menée. Le travail d’Harry Edwood ne fait aucune ombre à Casterman.  Et c’est à se demander pourquoi la société Moulinsart ne le débauche pas.

Harry Edwood est tellement respectueux de l’œuvre d’Hergé, qu’il ne fait commerce de rien. A juste titre, Fanny Rodwell, la veuve d’Hergé, tient particulièrement à préserver l’intégrité esthétique et l’environnement moral d’Hergé. Hergé savait que certains de ses collaborateurs pouvaient dessiner  Tintin sans lui. Les droits d’Hergé appartiennent maintenant à Spielberg

On a vu dans ce blog pourquoi Tintin était universel. Tintin est un héros, et comme tous les héros il poursuit une quête. C’est pourquoi l’œuvre d’Hergé, intuitive mais géniale, a pu difficilement être poursuivie. Sauf à en perdre le sens symbolique.

En attendant, Harry Edwood vit de ses illustrations. Avec passion.

0 Flares Twitter 0 Facebook 0 Google+ 0 0 Flares ×

2 commentaires

  1. John Gisogod dit :

    Jusqu’à ce que Moulinsart se décide à faire arrêter le monsieur, à le poursuivre en justice et à lui faire tout perdre. Les fans de Tintin intelligents qui ont vu comment la Fondation Hergé se comportait envers les vieux admirateurs ont décidé de renoncer aux hommages. De la façon dont les héritiers se comportent, Hergé n’est plus digne d’aucun hommage. Lorsque la fondation se met à faire interdire des livres et même à les brûler (comme celui de Degrelle), ce retour au Moyen-Âge ne peut signifier que deux choses: cela finira mal, les albums de Tintin seront un jour interdits et brûlés (après l’incendie du château naturellement), et les époux Rodwells seront mis à la lanterne ou guillotinés. En clair, ça veut dire une deuxième Révolution Française.

    Tintin et Hergé à l’origine d’une nouvelle transformation de l’Europe? Tout est possible. Mais l’histoire est surtout celle de la plus mauvaise gérance d’un héritage depuis des siècles. Ces deux-là ont sûrement lu  »Comment se faire des ennemis pour les Nuls ».

  2. [...] ainsi être expliquée, comme Le Trésor de Rackham Le Rouge, Tintin au Tibet, Le Temple du Soleil. Spielberg ne s’y trompe pas, qui connaît le potentiel narratif des images : il a voulu les droits de la [...]

Laisser une réponse