Une marque de l’après-grenelle

Le 08 juin 2011, par Jean-Jacques URVOY
eco-artisan
6 Flares 6 Flares ×

Je suis récemment intervenu lors d’une table ronde pour la CAPEB, organisation professionnelle de près de 400 000 entreprises artisanales du bâtiment, sur le thème de la nouvelle marque ECO-artisan . Comme je me dis parfois « artisan de la marque et de la communication », à l’heure où tout le monde revendique de la performance parfois peu probante au final, ECO-artisan est un beau mot, qui induit aussi  l’humain, le résultat accompli.

L’art de la marque, c’est d’abord constater qu’elle ne peut exister que s’il y a une garantie de qualité. Et au-delà, elle doit répondre à une vision de l’avenir, à une mission humaine sous-tendant des efforts individuels et collectifs, et des valeurs propres, comme des valeurs d’engagement, par exemple.

Mais une fois qu’on a fait  une charte, un site Internet, un logo, etc… le plus difficile reste à faire. Arrive le temps du déploiement de la marque, qui va devoir démontrer au public son bien-fondé, son attractivité, afin que la marque devienne sa marque préférée face à ses concurrents, directs ou indirects. Pour les ECO-artisan, la marque se déploie aujourd’hui au travers d’un réseau de plusieurs milliers d’artisans.

La marque, en général, va devoir apporter des preuves concrètes. Ses ambassadeurs auprès du public, c’est-à-dire d’abord ses personnels ou les membres adhérents vont devoir être exemplaires, et apporter, outre de la qualité, un discours de conseil, de service.


La marque Eco-Artisan

ECO-artisan s’inscrit dans une démarche de progrès, dans l’après-Grenelle de l’Environnement. Elle correspond à de nouvelles pratiques, à la notion de bâtiment performant. En 2012, on doit atteindre l’étape de « Bâtiment Basse Consommation » et en 2025, l’étape de « Bâtiment à énergie positive ». Et là, on tombe des nues. Car 2025, c’est demain!

Comme toute marque nouvelle, ECO-artisan bouscule pas mal d’habitudes et d’abord la vie de l’artisan. La CAPEB et les éco-artisans sont des pionniers en la matière. Une « dynamique de marque » est déjà installée, qui explique la marque elle-même. En premier lieu, elle garantit bien une qualité (ce qui est le propre d’une marque) et correspond à des engagements :

-    améliorer la performance énergétique des logements, quel que soit son corps de métier.
-    apporter des solutions performantes qui répondent aux attentes de ses clients.
-    et bien évidemment, outre la qualité de service, garantir la bonne réalisation des travaux.

Le défi du Grenelle sera relevé.

Photo © fotolia – chlorophylle

6 Flares Twitter 0 Facebook 6 Google+ 0 6 Flares ×

Laisser une réponse