Personne n’échappe à l’économie

Le 05 juin 2010, par Jean-Jacques URVOY
tas de pièces d'euros
0 Flares 0 Flares ×

L’économie n’appartient apparemment pas à notre quotidien… et pourtant ! On pourrait être surpris de l’influence des grands économistes sur notre activité quotidienne, y compris les marques et la communication, prises dans un tournant économique mondial, que nous devons tous comprendre. Plus chacun d’entre nous sera fort en économie, plus nos marques seront pertinentes !

Les grands économistes étaient de véritables penseurs qui ont façonné notre société. Les plus connus sont Marx ou Engels qui ont malheureusement inspiré Lénine.

On se souvient moins de Keynes, Say, Smith ou Malthus dont les théories sont encore d’actualité et représentent la base de notre économie politique.

John Meynard Keynes, né en 1883, est l’inspirateur de l’intervention étatique dans l’économie : il est l’homme qui voulait relancer l’économie par la dépense publique et par la demande. Il est l’inspirateur de tous les partis socialistes ou socio-démocrates du monde.

A l’opposé se situe Adam Smith, né en 1723, le théoricien de l’économie de marché. Pour lui, aucune intervention ne doit entraver le « marché », c’est la fameuse « main invisible » qui régule l’économie. On peut dire que Smith a été le premier à penser la société dans son ensemble par le biais économique. Il est considéré comme le père de l’économie moderne. Aujourd’hui, il est le modèle des libéraux et apôtres du libre-échange de tous bords.

La loi de Jean-Baptiste Say, né en 1767, prévoit que « plus les producteurs sont nombreux et les productions multiples, plus les débouchés sont faciles, variés et vastes ». Il postule que dans une économie de marché et de libre entreprise, les crises de surproduction et le déséquilibre global sont impossibles. Il y a un équilibrage spontané des flux économiques : production = consommation, épargne = investissement. Cette loi est parfois réduite à la formule : « toute offre crée sa propre demande ». Un meilleur résumé de cette approche serait : « on ne dépense jamais que l’argent qu’on a gagné ». Keynes critiqua cette loi en la considérant comme irréaliste.

Malthus, né en 1766 est un peu le mal aimé de l’économie. Ses théories décapantes sur la population ont choqué et choquent encore. Il disait par exemple:  » Les pauvres sont responsables de la pauvreté, les chômeurs du chômage, les exclus de l’exclusion. »

Malthus, pour résumer, partait du principe que les pauvres qui font des enfants les condamnent à la pauvreté et plus la population augmente,

plus les ressources (qui augmentent moins vite) se font rares, d’où le cercle vicieux de la pauvreté. Ce postulat est aujourd’hui faux dans nos sociétés industrialisées mais assez vrai en Afrique par exemple.

Voici donc un petit résumé de quatre des plus grands penseurs de l’économie, dont les idées courent toujours.


L’innovation au cœur de l’économie

Dans une économie, les lois de l’offre et de la demande déterminent les biens et services qui sont nécessaires, la manière et l’endroit où ils seront produits, de même que les personnes qui les consommeront et le moment où elles le feront. La bonne santé économique d’un pays, d’une entreprise, se caractérise normalement par une bonne croissance.

Ce modèle économique actuel semble être devenu sans rival après l’effondrement des régimes communistes. Mais voilà : on doute de sa viabilité à long terme, et l’avenir ne peut pas se prévoir actuellement. Toutes les entreprises vont devoir inventer, là où elles sont!

Une nouvelle vision économique de l’entreprise est indispensable. Les projets d’entreprises, portés par chacun à son niveau et dans son quotidien, doivent permettre le développement d’initiatives personnelles, en bâtissant des stratégies de changement efficaces, visibles, utilisant l’innovation permanente.

0 Flares Twitter 0 Facebook 0 Google+ 0 0 Flares ×

Laisser une réponse