Les Maçons Parisiens, le modèle de coopérative

Le 05 novembre 2011, par Jean-Jacques URVOY
LMP
0 Flares 0 Flares ×

Les Maçons Parisiens est une Entreprise créée en 1930 par Arthur Mortegoutte. Dès le début, ils prennent la forme d’une coopérative où les associés sont les salariés de l’Entreprise. Arthur Mortegoutte et son frère, Maurice Mortegoutte, orientent l’Entreprise vers la construction de bâtiments collectifs : logements, bureaux, équipements publics…  Les Maçons Parisiens deviennent très vite  des spécialistes du béton armé et participent activement à la reconstruction de la France après la seconde guerre mondiale.
Aujourd’hui, après la deuxième génération incarnée par Rémy et Roland Mortegoutte, c’est François Mortegoutte qui dirige l’Entreprise.

François Mortegoutte sait maintenir les spécificités d’entreprise moyenne. Avec lui, la notoriété des Maçons Parisiens est bien établie. L’Entreprise est un acteur privilégié de la filière « construction ». L’Entreprise, fidèle à sa culture d’exigence et de rigueur, dispose de son propre bureau d’études de structure Béton armé, et améliore en permanence sa productivité et la qualité de ses ouvrages. L’Entreprise réalise plus de 50 M€ de CA. Les Maçons Parisiens construisent des bâtiments collectifs neufs (logements, bureaux et équipements publics) dans toute la région parisienne pour des Maîtres d’ouvrage publics ou privés.

La spécificité des Maçons Parisiens est d’être structuré en coopérative. L’Entreprise attache beaucoup d’importance à la formation et à l’évolution du savoir-faire de ses collaborateurs. La valeur d’entreprise d’excellence est le fer de lance de son discours : « Chaque jour, l’excellence construit la vie ».

Une coopérative allie « performance économique » et « démocratie d’entreprise ». Les sociétés coopératives et participatives (SCOP) sont des sociétés commerciales qui vivent et se développent sur le secteur concurrentiel. Elles sont présentes sur tous les secteurs d’activité.

Leur originalité réside en ce que les salariés sont associés majoritaires et détiennent au moins 51% du capital de leur entreprise. En Assemblée générale, les salariés associés décident ensemble des orientations à prendre et élisent leurs dirigeants selon le principe 1 personne = 1 voix, quelle que soit la part de capital détenue. Le Président peut alors à tout moment ne plus être Président, et doit donc prouver ses compétences et ses qualités humaines.

Au minimum un quart des bénéfices de l’entreprise sont rétrocédés aux salariés chaque année. En pratique, ce sont 40% des bénéfices qui sont en moyenne rétrocédés aux salariés dans les SCOP.

Les bénéfices de l’entreprise permettent de constituer des réserves dédiées à l’entreprise. Ces réserves sont impartageables et renforcent l’assise financière de l’entreprise.

Alors que dans une SARL, par exemple, le pouvoir des associés est proportionnel au capital détenu, dans une coopérative, 1 associé = 1 voix.

L’avenir des coopératives, dans un monde en recherche d’idées et de solidarité, semble aujourd’hui radieux.

 

Photo: le béton armé, spécificité historique des Maçons Parisiens.

0 Flares Twitter 0 Facebook 0 Google+ 0 0 Flares ×

Laisser une réponse