L’innovation : une autre façon de voir l’entreprise

Le 02 mars 2014, par Jean-Jacques URVOY
innovation
8 Flares 8 Flares ×

Facile à dire : l’innovation repose sur une idée originale, pour laquelle il faut faire appel à des ressources internes et externes à l’entreprise. U/C Consultants présente la particularité de disposer de deux expertises :  une expertise management pour solliciter les ressources internes ; et une expertise innovation et design, depuis plus de vingt ans.

Le management  d’une entreprise ou d’une institution intègre désormais, de façon incontournable, la volonté d’un état d’esprit « créatif », propice à l’innovation de produits et de services. Tous les secteurs sont concernés, la banque comme l’alimentaire, le luxe comme le jouet. Mais l’on ne se déclare pas du jour au lendemain une entreprise innovante.

On a compliqué la notion d’innovation au cours de ces dix dernières années. Les méthodologies d’organisation proposées ne débouchent pas, au final,  sur une innovation produits qui marche. Et l’on revient toujours les mêmes recettes. L’innovation ne se décrète pas, elle s’installe.

Appréhender un marché de référence

En matière d’innovation produits ou services, le processus dépend d’abord de l’aptitude du consultant et de son interlocuteur à appréhender d’une façon permanente et simultanément le marché de référence, la concurrence, le potentiel technique, marketing et commercial de l’entreprise, et le degré d’innovation attendu. La qualité d’écoute est primordiale : souvent, la solution est dans l’entreprise. La notion d’écoute mutuelle entre les différentes fonctions de l’entreprise est également indispensable. C’est pourquoi, parfois, un « comité d’innovation » est souvent formé pour un projet donné, croisant les expertises.

Le processus d’U/C Consultants dépend à chaque fois de la nature du projet. C’est d’abord plus un état d’esprit qu’une technique. En voici les étapes :

Formuler les objectifs et les critères
Les objectifs de la recherche et la détermination des « critères d’innovation » sont systématiquement formulés.

Constater
La veille stratégique et le recueil d’information permet de trouver les meilleures sources, de prendre en compte à la fois les produits concurrents (en France et dans le monde) et ceux présentant des particularités similaires aux résultats attendus, et d’utiliser des disciplines désormais liées au design, comme l’ethnologie ou l’analyse fine de la concurrence. Du partage de l’information naissent les vraies innovations naissent de confrontations d’idées d’origine différentes (le marketing et la R&D, un groupe de consommateur et les remontées terrain du commercial, le bureau d’études et le consultant en innovation,…)

Créer
La créativité est le moteur de l’innovation. On ne naît pas créatif, on le devient et une séance de créativité apportée par un consultant extérieur vaut parfois deux mois de réflexion par un seul individu ! U/C Consultants utilise ici plusieurs techniques : internes, externes ou mixtes ;  individuelles et collectives.

Formaliser
Les résultats issus des recherches précédentes sont alors croisés et formalisés par le consultant en innovation avec un groupe d’experts extérieurs à l’entreprise (techniciens emballage, matériaux, logistique, ergonomie, designers, …). Cette phase débouche sur des planches-concept d’innovation, illustrant et décrivant l’innovation et la notant sur base de critères pré-établi.

Confronter
Une étape consiste à confronter et à tester les pistes d’innovation auprès des futurs utilisateurs ou consommateurs. U/C Consultants a alors recours à des groupes qualitatifs. La qualité de l’analyse et les critères de recrutement sont plus rigoureux qu’un projet classique (notamment enrichissement du projet, confidentialité,etc…). L’analyse est très opérationnelle : cette phase est très concrète et assortie de recommandations.

Sélectionner
Une ou plusieurs pistes  sont alors sélectionnées. Elles donnent des points d’appui incontournables au design du produit ou du packaging.

Designer
Un cahier des charges, écrit préalablement, est fourni au designer-système ou au designer-produit, lequel aura été déjà impliqué dans les phases précédentes. Celui-ci améliore le résultat de la recherche dans sa fonctionnalité et travaille sur l’esthétique en tenant compte de la marque destinatrice de l’innovation.

La France n’a-t-elle pas d’idées, ou ne s’en donne-t-elle pas les moyens ?

8 Flares Twitter 4 Facebook 4 Google+ 0 8 Flares ×

2 commentaires

  1. Marc dit :

    Je pense que c’est une vision passéïste de la création…
    Cette méthode employée depuis 20 ans nous conduit directement vers l’homogénéité des produits et des services. Le consensus et la maitrise absolue des tenants et aboutissants nous entrainent systématiquement vers du connu. « On ne désire pas ce que l’on ignore ».
    Il est temps de remettre de la création en amont et d’arréter de conduire les designers dans des « couloirs créatifs ». Il n’y a pas de moyen existant qui peut quantifier l’émotion que procure un produit.
    La méthode la plus forte, la plus efficasse et la plus innovante est :
    - Oser une idée (une forme, un service),
    - Tester (sur un échantillon réduit et représentatif de client),
    - Analyser le succés (ou l’insuccés),
    - Définir enfin
    … et non pas:
    - Analyser un besoin,
    - Définir une idée
    - Oser la créer…
    La création, c’est du sens, de l’émotion. Oser le laboratoire d’idées. Faire revenir les designers en amont, non pour jouer les divas (ça c’est déjà vu) mais pour avoir un partenaire qui met à votre service une compétence unique pour l’innovation par l’expérimentation.

  2. Marc dit :

    Je pense que c’est une vision passéïste de la création…
    Cette méthode employée depuis 20 ans nous conduit directement vers l’homogénéité des produits et des services. Le consensus et la maitrise absolue des tenants et aboutissants nous entraine systématiquement vers du connu. « On ne désire pas ce que l’on ignore ».
    Il est temps de remettre de la création en amont et d’arréter de conduire les designers dans des « couloirs créatifs ». Il n’y a pas de moyen existant qui peut quantifier l’émotion que procure un produit.
    La méthode la plus forte, la plus efficasse et la plus innovante est :
    - Oser une idée (une forme, un service),
    - Tester (sur un échantillon réduit et représentatif de client),
    - Analyser le succés (ou l’insuccés),
    - Définir enfin
    … et non pas:
    - Analyser un besoin,
    - Définir une idée
    - Oser la créer…
    La création, c’est du sens, de l’émotion. Oser le laboratoire d’idées. Faire revenir les designers en amont, non pour jouer les divas (ça c’est déjà vu) mais pour avoir un partenaire qui met à votre service une compétence unique pour l’innovation par l’expérimentation.

Laisser une réponse