François Mortegoutte préside une coopérative modèle

Le 18 avril 2012, par Jean-Jacques URVOY
françois mortegoutte
0 Flares 0 Flares ×

François Mortegoutte préside Les Maçons Parisiens, modèle de coopérative française en général choisi par les journalistes ou les institutionnels pour des articles ou des visites. Cela tombe bien: L’O.N.U. a déclaré 2012 l’année internationale des coopératives, avec lancement de timbres et de pièces commémoratifs, et d’événements divers.

François Mortegoutte aime à rappeler les valeurs fondamentales des coopératives: responsabilités personnelles et mutuelles, égalité, équité et solidarité. Il reste fidèle à l’esprit de sa famille qui a fondé les Maçons Parisiens: une éthique basée sur l’honnêteté, la transparence, la responsabilité sociale et l’altruisme. Portrait.Dans le monde, 20 millions de personnes travaillent pour des entreprises internationales fonctionnant sur un modèle de coopérative. En France, les SCOP, qui ont convaincu 40 000 entrepreneurs sont des sociétés coopérative et participatives (S.A. ou S.A.R.L.) détenues par les salariés. Chacun est à la fois associé et salarié.  La règle est simple: «Un associé = une voix». Moins confortable pour un président qu’une S.A. ou qu’une S.A.R.L. classique. Le partage des résultats entre les salariés et l’entreprise est équitable.

Le modèle intéresse même une université, celle de Poitiers, où j’enseigne, forte de 24 000 étudiants, 14 UFR, écoles ou instituts, 45 laboratoires de recherche. Une formation de deux semaines, nommée Campus Coopératives réunit en été des équipes multiculturelles et pluridisciplinaires du 2 au 14 juillet 2012, pour élaborer un projet de création d’entreprise sous forme de coopérative. Un jury international examine le projet et évalue le potentiel. Aux valeurs associées à la coopérative, la formation associe celle du management: leaderchip, autonomie, prises de responsabilités.

François Mortegoutte vit la coopérative tous les jours, depuis qu’il est né, en 1960. Ses ascendants, Maurice, Rémy et Roland ont sû bâtir puis faire vivre ce modèle de coopérative: Les Maçons Parisiens. Ils innovent non seulement par la forme de société, mais aussi avec les matériaux en utilisant le béton armé très tôt. François reprend le relais dès 1980, après des études de commerce à l’Ecole des Dirigeants et des Créateurs d’Entreprise (EDC), dont il fut en juin dernier parrain d’une promotion. Avec 50 millions de C.A., Les Maçons Parisiens prolonge un développement raisonnable, et raisonné.

L’entreprise aime construire des immeubles à taille humaine. A l’image d’elle-même.

0 Flares Twitter 0 Facebook 0 Google+ 0 0 Flares ×

Laisser une réponse