Comment rater ses relations avec la presse

Le 11 février 2011, par Jean-Jacques URVOY
Capture d’écran 2011-02-11 à 13.47.50
10 Flares 10 Flares ×

L’ami Pierre Zimmer, ancien journaliste de radio et de presse écrite, co-signe un nouvel ouvrage: « Comment rater ses Relations avec la Presse ». Des conseils pour mieux communiquer. A quoi, en effet,  peuvent bien servir les relations avec la presse ? Ce livre est fait pour conforter les doutes : non, les relations avec la presse ne servent à rien ! Si ce n’est à développer sa notoriété et sa visibilité, à améliorer la lisibilité de son image et de son positionnement, voire à se faire un peu de publicité.

Il est donc urgent de s’en passer, pour trois bonnes raisons : 1º) qui dit relations dit dépendance et soumission ; 2º) qui dit presse dit journalistes, engeance infréquentable ; 3º) il existe bien d’autres moyens de se faire connaître. Toutefois, si vous ne pouvez y couper, voici comment saborder votre plan média en beauté, en appliquant quelques règles simples…

- Confondez allègrement information et communication, publicité et propagande,
– Affichez préjugés et poncifs sur les journalistes
– Montrez-vous méprisant, et désinvolte.

Alors que nous vivons à l’heure de la « médiacratie », les relations avec l’omniprésent « 4e pouvoir » demeurent un champ d’étude en friche. Cet antimanuel, humoristique mais pas trop, truffé d’exemples réels et d’anecdotes vécues, n’est pas destiné aux seuls communicants et journalistes. Mitonné par deux spécialistes des médias, il a pour objet caché de révéler les rouages des rapports conflictuels entre information et communication, deux bestioles à ne pas confondre.

Pierre Zimmer, avec Bernard Giroux,  proposent un panorama de la presse, bousculée par les nouvelles technologies de l’information, ainsi qu’un portrait de la « planète com », astéroïde nombriliste que tout un chacun est amené à fouler un jour ou l’autre.

Pour faire réfléchir … et agir!

Aux éditions de l’Archipel

10 Flares Twitter 2 Facebook 8 Google+ 0 10 Flares ×

Un commentaire

  1. zimmer dit :

    Merci pour cette critique dithyrambique. Dommage que tu n’étais pas présent pour le pot de sortie du bouquin. Je compte sur toi pour le prochain.
    Amitiés,
    PZ

Laisser une réponse