The Probs: la découverte pop-rock.

Le 11 janvier 2012, par Jean-Jacques URVOY
probs
0 Flares 0 Flares ×

Tout le marketing du monde n’arrive pas à propulser un groupe pop-rock s’il est mauvais. A l’inverse, s’il est bon, un groupe pop-rock peut aller au-devant du succès et de la célébrité avec un marketing faible.  C’est le cas de The Probs, un groupe français dont on peut se demander pourquoi il n’est pas plus invité que cela. En écoutant The Probs, je retrouve le même sentiment qu’avec Stéphane Berlow, aujourd’hui Grand Prix de l’édition musicale, Président de BMG Music Publishing, qui m’emmenait, il y a déjà longtemps, découvrir des formations nouvelles. Histoire succincte.

Ce groupe se réunit d’abord  autour de Christophe Bontoux, Stéphane Huynh et Pierre Petitjean, trois amis d’enfance. Arrive ensuite Charles Trelin (basse). Le groupe commence à se produire sur des scènes locales. En 2007, la formation se retrouve au complet avec Sébastien Escos (chant).

The Probs dispose aujourd’hui d’une répertoire pop rock bien à lui. Il fidélise un large public, sur plusieurs scènes de la région parisienne,: Gibus, New Morning et Élysée Montmartre. En 2007,  le label Montigny Music Prod les repère. La marque  The Probs est née. Effectivement, le groupe pose un problème, celui d’être à part, même si, furtivement, on retrouve des emprunts à des groupes francophones.

Aujourd’hui, ils enchainent des concerts qui dégagent une énergie communicatrice. Leur album Long Live the King, aux allures anglaises, vient de sortir avec 12 chansons pop-rock, très aérien (Good-bye night), un chant impeccable (changements d’octaves), solo guitare façon Richards,

Les textes décrivent un monde où l’humain est fragile, à la merci du hasard qui peut lui réserver le meilleur comme le pire.

C’est d’actualité.

Pour écouter des extraits, cliquez ici.

Photo: © Philippe Boulenger

 

0 Flares Twitter 0 Facebook 0 Google+ 0 0 Flares ×

Laisser une réponse