L’héraldique pour l’entreprise

Le 23 décembre 2010, par Jean-Jacques URVOY
beiijing
0 Flares 0 Flares ×

Les systèmes d’identité visuelle intègrent  l’avatar pour représenter une marque ou une personne dans les réseaux sociaux. Il s’agit d’une représentation virtuelle, métamorphosant une personne, une entreprise ou une institution. Aujourd’hui, les armoiries reprennent force et vigueur. La nécessité de traduire une institution, une entreprise, une famille, une personne, par des règles héraldiques précises se fait jour, dans un monde où les repères s’effacent. Laurent Granier, avec lequel nous avons travaillé, est sans doute le meilleur héraldiste français dans la maîtrise de son art.

Son travail se divise en trois domaines principaux: la création graphique, l’interprétation d’armoiries, et la création d’armoiries, où il excelle et dont il connaît les règles, comme pour les armoiries du Collège de…  Beijing, en Chine.Pour la création graphique, il emploie une technique qui mêle les meilleurs pigments de gouache (couleur opaque) et d’aquarelle (couleur transparente) sur des papiers chiffon à la forme Arches (fabriqués en France depuis le XVe siècle). Il travaille aussi le dessin au trait en noir et blanc.

L’interprétation d’armoiries consiste à reproduire des armoiries historiques selon son propre style. A cette occasion ses commanditaires découvrent parfois la beauté de leurs armes en couleurs alors qu’ils n’en connaissaient qu’une image rigide et monochrome dans les armoriaux (ouvrages répertoriant les armoiries) du XIXe siècle ou sur une pièce d’argenterie familiale. C’est également l’opportunité de retrouver, par un travail documentaire complémentaire, les ornements extérieurs de ces armoiries familiales (tous les éléments décoratifs, signifiants ou non, qui entourent l’écu : cimier, devise etc) ou bien de les créer afin de compléter et/ou de personnaliser ces armoiries. Cela peut également être l’occasion pour certaines armes qui auraient été reproduites avec des erreurs au cours du temps de retrouver leur intégrité.

Créer des armoiries familiales, d’entreprise ou d’institution, enfin,  est le travail le plus passionnant et, en même temps, le plus délicat. On distingue trois étapes:
1) Création à partir des données d’un questionnaire administré par courriel ou téléphone, puis réalisation des avant-projets présentés sous forme d’une ou plusieurs esquisses en couleur.
2) Recherches d’antériorité sur le projet retenu.
3) Réalisation des armoiries sous la forme d’une composition complète comprenant (au minimum) : écu, heaume, cimier, lambrequins et devise. Technique mixte gouache et aquarelle sur papier chiffon à la forme « Arches » grain fin de 300g/m2 d’un format de 23 x 31 cm ou 26 x 36 cm. Format de la composition, environ 20 x 25 cm.

La prestation, qui  inclut également la fourniture d’un cédérom, est époustouflante.

« Depuis les années 1990, la demande de création d’armoiries est de plus en plus forte en France et dans le monde entier, souligne Laurent Granier dans son site Internet.  Mes clients sont en majorité des particuliers qui souhaitent mettre leur nom en image et en couleur. Mais également des professionnels et des entreprises de tous les domaines d’activité : viticulteurs, avocats, scientifiques, militaires, policiers, banquiers, traducteurs, chefs d’entreprise de la grande distribution spécialisée, assureurs, éditeurs…« 

La création d’armoiries est un service qui ne peut être conçu que sur mesure. Chaque création est unique et demande une approche différente et complètement personnalisée. Elle se base généralement sur l’histoire du commanditaire, de sa famille ainsi que ses origines sociales et géographiques. La prise en compte du nom de famille est souvent un élément très important. La possibilité qu’offre le vocabulaire du blason (la langue qui décrit les armoiries) de jouer avec l’étymologie des patronymes, dans toutes les langues régionales et nationales, voire de faire des rébus, est très riche. Ces armoiries sont ce que l’on appelle des armes parlantes ou allusives (ex : un sceptre pour la famille Durois ou un grill et une tête de cochon pour une famille de rôtisseurs). Afin de prévenir toute confusion, il est précisé d’emblée  que les armoiries   n’auront aucun lien avec la noblesse ou même son apparence : les couronnes nobiliaires, armoiries de familles nobles brisées, fleurs de lis d’or sur fond d’azur en seront bannies, honnêteté intellectuelle et déontologie professionnelle obligent.

En ce qui concerne les personnes morales, la création d’armoiries la plus répandue est celle destinée aux communes. Les petites communes choisissent plus volontiers des armes qu’un logo, le logotype ne durant souvent que temps de la mandature du maire. Les villes plus importantes ont tendance à jouer sur la complémentarité des armoiries comme emblème historique de la ville, qui ancre son identité et celle de ses habitants dans un passé commun, et du logo comme vitrine d’une équipe municipale dynamique en prise avec l’activité économique.

Et si vous ou votre entreprise vous offriez des armoiries?

Découvrez le site de Laurent Granier, avec de multiples exemples. Voir également le livre « Le Designer » et « Créer un logotype » (Eyrolles Ed.)

0 Flares Twitter 0 Facebook 0 Google+ 0 0 Flares ×

Un commentaire

  1. A noter pour abonder votre propos que les entreprises du secteur automobile font largement référence à l’héraldique pour leur logo (le lion de Peugeot est célèbre ou le serpent d’Alpha Romeo).

Laisser une réponse