Le pain, tout un symbole.

Le 12 décembre 2010, par Jean-Jacques URVOY
rye-bread
0 Flares 0 Flares ×

Des univers de consommation comme l’huile, le vin, ou le pain portent en eux une charge symbolique particulière. Le pain est l’une des plus vieilles préparations alimentaires. Sa composition est simple : farine de céréales, eau, agents de fermentation et beaucoup plus tard le sel.  L’ancêtre du pain a dû être  une bouillie à base de céréales entières mal nettoyées qui fermentait spontanément. On a mis en évidence des traces de cuisson de bouillie fermentée en Europe il y a 6 000 ans.

En Égypte ancienne, les Pharaons versaient les salaires sous forme de pains cuits sous la cendre. En Grèce, l’aliment national a été la « maza », galette non fermentée à base de farine d’orge grillé. Au temps d’Homère, le pain était considéré comme la nourriture des Dieux.  En Gaule, futur pays de la « baguette », nos ancêtres avaient appris la fabrication du pain levé par l’entremise de la colonie phocéenne installée à Marseille il y a environ 2 500 ans. À la fin de l’empire romain, environ 300 boulangeries publiques assuraient la production de pains nécessaires pour les romains qui réclamaient « du pain et des jeux »…

En France, le pain a représenté pendant longtemps l’essentiel de la nourriture. Les céréales qui entraient dans la composition n’ont pas cessé d’évoluer au cours des siècles. La qualité a très longtemps été liée à l’agriculture. Ce sont d’abord les monastères et les abbayes qui défrichent, qui assurent des progrès techniques pour la fabrication du pain. Puis l’utilisation de la charrue a permis une augmentation de la production.

Au Moyen-âge, les maisons étant en bois, les fours étaient dangereux. Chaque famille pétrissait donc sa pâte et la faisait alors cuire par le « fournier », spécialiste de la cuisson du pain, le pain étant toujours la propriété du seigneur.  Le nom  » boulanger  » trouve ensuite son origine dans la forme des pains, ronds et de petite taille : les boules !

A la veille de la Révolution, le pain coûtait moins cher que la viande, mais au fil des ans, son prix varie selon les événements pour devenir inabordable au milieu du XIXème siècle, à tel point que le vol de pain conduit au bagne… Avec l’évolution du niveau de vie, on mange moins de pain et plus de viande. Le pain perd progressivement son prestige, plus rapidement à la ville qu’à la campagne.A Paris vers 1920, se développe une nouvelle technique de fabrication où la fermentation est assurée à 100 % par la levure. L’archétype de cette évolution est la baguette, croustillante et fraîche, dont la réputation fait le tour du monde. Dans les années 1960, le pain devient un aliment banal. Mais aujourd’hui, le retour aux recettes anciennes prend le dessus. Goût, nature, authenticité sont associés à la recherche constante de qualité. Aujourd’hui le pain redevient cher : pensez qu’une baguette coûte 1, 20 euros, soit près de 10 francs !

Si le pain est symbolique, c’est probablement parce qu’il a été considéré comme nourriture essentielle de l’homme, pour lui donner de l’énergie. Le pain est une marque de générosité envers les dieux, lesquels se comparent au pain : Osiris déclare être le pain de vie des enfants de l’Egypte, et trois mille ans plus tard Jésus utilise les mêmes phrases. Dans le culte catholique, l’hostie illustre par sa forme ronde l’éternité et l’universalité de la vie. C’est la raison pour laquelle les chrétiens demandent rituellement du pain quotidien qui devient en ce sens une double nourriture, physique et spirituelle.

Le pain renvoie naturellement au travail : « Tu gagneras ton pain à la sueur de ton front ! » déclare Dieu dans la Genèse. La céréale est aussi une divinité (telle Déméter ou Cérès) qui apprend aux hommes comment cultiver, récolter, moissonner le grain, comment le moudre, travailler sa farine, cuire et faire devenir le fruit du labeur un véritable pain nourricier.

L’entité divinisée, ou l’initié mangeant le pain, communie avec le dieu, et se nourrit de lumière, car en mangeant le pain « Il avale l’esprit, il avale le savoir et l’intelligence de tout dieu ».

Dans l’Ancien Testament, l’Eternel envoie du pain aux Hébreux pendant l’exode.  Le pain azyme ( qui signifie «  sans levain ») est un pain que les Juifs mangent pour commémorer cet événement.

Lorsque les Gaulois assiégèrent Rome, les Romains confectionnèrent, avec le reste de farine, des boules de pains qu’ils lancèrent contre les assaillants qui pensèrent que Rome était largement approvisionnée et possédait de quoi tenir un très long siège. A cause de cela ils abandonnèrent leur assaut (comme il ne faut jamais que les français se fient aux apparences, de tous temps)

La faucille est associée symboliquement au pain, en raison de son rôle dans la moisson. L’association au marteau signifie : le travail conduit au pain.

La symbolique et les valeurs associées au pain: partage, essentialité, échange,…  se retrouvent contenue dans la communication des marques associées pain: Banette, Festival des Pains, Gana, etc… L’exigence de qualité et de goût ont amené la filière de la boulangerie à reconsidérer la façon dont on fait du pain. Le mieux pour choisir un boulanger: une pâte faite sur le point de vente (pas livrée toute faite), et cuite sur place par un artisan.



Photo: ©fotolia



0 Flares Twitter 0 Facebook 0 Google+ 0 0 Flares ×

2 commentaires

  1. BERGEROT dit :

    Bonjour,
    Vous écrivez que le pain coûte aujourd’hui : 1.20 € la baguette soit 10.00 Francs.
    Je suis désolée, mais 1.20€ est égal à 7.80 Francs, il manque 2.20 Francs pour atteindre les 10.00 Frs soit 1.50 €

    Je suis à Lyon et nous avons des baguettes à 0.90 € ou 0.95 € ce qui correspond à 5.85 Francs pour 0.90 €, ce qui est encore loin des 10.00 Francs….. – Je ne sais pas où vous avez trouvé des baguettes à 1.50€ (soit 10.00 Frs) ou alors à Paris et ce sont peut-être des pains avec des farines spéciales.
    En 2000, à Lyon la baguette était à 4.00 Francs, si aujourd’hui elle est à 5.85 Francs, soit en euros 0.90 ou 0.95, je pense que la baguette et le pain en général ont eu une augmentation régulière et normale.

  2. BERGEROT dit :

    J’ai oublié,
    Si le pain a augmenté , en euros de 20 à 30 cents,  » soit de 1.60 Francs à 2.00 Francs » entre 2000 et 2016, donc, en 16 ans, je ne vois pas pourquoi vous trouvez cela excessif, quand on connaît le travail d’un boulanger.
    De combien on augmenté les fruits et légumes, de combien on augmenté les loyers, les charges (gaz, électricité, etc…) en 16 ans…..
    Et de combien sont les salaires des boulangers…..

Laisser une réponse