L’art compatible avec le frigo.

Le 14 octobre 2010, par Jean-Jacques URVOY
Gerval frigo art
0 Flares 0 Flares ×

Plusieurs artistes ont la bonne idée de récupérer et de customiser  25 frigos en les détournant, tagant, colorant, ou en leur ajoutant une structure. Puis ils ont eu l’idée de les vendre au profit de la Banque Alimentaire de Paris-Île-de-France (BAPIF). Ceci explique cela: qui dit aliment, dit frigo. Le frigo devient alors le symbole de la vie, et de la survie même. Les 25 frigos sont vendus aux enchères le 9 novembre prochain.

La BAPIF a pour mission depuis 25 ans de contribuer à apporter une réponse aux problèmes de la faim. Elle rassemble, centralise et redistribue surplus et dons alimentaires en utilisant le canal d’associations caritatives.

C’est Yamina Benguigui, réalisatrice, productrice et écrivain, adjointe au maire de Paris chargée des Droits de l’homme et de la lutte contre les discriminations, qui est marraine de l’opération. Un engagement personnel autant qu’un geste politique. On pourra critiquer le choix du frigo, qui pourtant s’imposait, mais l’art contemporain est en mutation, parfois incompris. Il émane d’une société elle-même en plein changement.

Chez URVOY CONSEIL, il y a deux tableaux de Jérôme Mesnager: « L’Homme blanc devant une Palissade regardant un Trou », que Jérôme Mesnager m’avait signé  chez lui et « La Ronde fraternelle des Hommes blancs ».

Il y a aussi la brochure de l’Ecole d’Olivier Gerval, l’OGFDI,  pour laquelle j’interviens. Olivier Gerval (voir autre article de ce blog), par ailleurs un sculpteur français aimé du Japon, s’y donne corps et âme et l’école de mode qu’il a créée est déjà grande.

Ces deux artistes sont présents à cette vente aux enchères. Raison de plus pour y aller!


Contact et catalogue: Thierry Tessier.

Frigo Arts:  Le 9 novembre 2010 à 18h30 Salle d’exposition du Musée des Enfants Le Jardin d’Acclimatation Carrefour des Sablons Bois de Boulogne – 75116 PARIS.


0 Flares Twitter 0 Facebook 0 Google+ 0 0 Flares ×

Un commentaire

  1. gerval dit :

    merci Jean-Jacques. olivier

Laisser une réponse