La Guerre des Boutons a 50 ans

Le 22 juin 2011, par Jean-Jacques URVOY
la-guerre-des-boutons_01
0 Flares 0 Flares ×

La Guerre des Boutons, ce film d’Yves Robert adapté en 1961 d’après un roman de Louis Pergaud, parle de guerres de village, dans un temps lointain où il n’était pas question de faire l’Europe!  Ce film raconte la guerre gentille entre deux villages, qui consistait notamment à découdre les boutons des gamins du village voisin pour que leurs mères les disputent.

Eh bien il se trouve que ce film a été tourné près du lieu où j’habite maintenant. Le décor naturel se situe en Eure et Loir et dans les Yvelines, au sud de Houdan, à l’ouest de Rambouillet. Les villages du film s’appellent Orphin, Saint-Hilarion, ou Armenonville, en fait Bailleau Armenonville, dont la rue principale et l’école seront les lieux principaux du film.

Le samedi 24 septembre prochain, tous à Bailleau Armenonville avec les comédiens du film… qui ont 50 ans de plus! Un évènement France-Info.

Pour le programme et réserver, cliquer ici.

Photo extraite du site laguerredesboutons.org

0 Flares Twitter 0 Facebook 0 Google+ 0 0 Flares ×

3 commentaires

  1. Catherine Laurent dit :

    Pas sympa pour Jean Monnet qui oeuvrait depuis1950 à l’unité européenne ! Au printemps 1950, 9 mai, Schumann prononçait une déclaration solennelle pour inviter tous les pays à poser « les premières bases d’une fédération européenne  » :

    « La prospérité de notre communauté européenne est indissolublement liée au développement des échanges internationaux. Notre Communauté contribuera à régler les problèmes d’échange qui se posent dans le monde. Nous sommes déterminés à rechercher sans délais dans des conversations directes, les moyens de mettre en œuvre l’intention déclarée du gouvernement britannique d’établir l’association la plus étroite avec la Communauté. Nous sommes convaincus que nous pouvons envisager une collaboration étroite et fructueuse avec les États-Unis, qui depuis la proposition faite par Monsieur Schuman le 9 mai 1950, nous ont donné des preuves répétées de leur sympathie active. Nous assurerons toute liaison utile avec les Nations unies et l’Organisation européenne de coopération économique. Nous développerons avec le conseil de l’Europe toutes les formes de collaboration et d’assistance mutuelle prévues par le traité. Mais, nous ne sommes qu’au début de l’effort que l’Europe doit accomplir pour connaître enfin l’unité, la prospérité et la paix. »

  2. Urvoy dit :

    Bonjour,

    J’ai dû mal m’exprimer. Je suis européen! Je voulais juste dire qu’à cette époque, en 1960, peu de français ne se souciait de la construction de l’Europe. J’habite pr!s de la maison de Jean Monnet, et j’admire les arbres qui y sont plantés!

  3. Urvoy dit :

    Ah… Un moins de trente ans qui a gardé sa joie frondeuse.

Laisser une réponse