Chantilly, le domaine qui monte.

Le 09 janvier 2012, par Jean-Jacques URVOY
chantilly
0 Flares 0 Flares ×

C’est là que Vatel inventa la crème Chantilly: dans la demeure des princes de Condé. Aujourd’hui, il faut démocratiser le Domaine de Chantilly. Encore prisonnier de l’image du seul château et de l’hippodrome, ce site exceptionnel à moins de 50 km de Paris, aurait pu se faire presqu’oublier des parisiens. C’est sans compter sur le dynamisme d’une équipe nouvelle. Le Domaine de Chantilly va devenir un site populaire. Mise en perspective.

La chantilly est la crème qu’on fait monter. Le Chantilly est une dentelle réputé ou une race de chat. Mais c’est surtout une commune de l’Oise, qui amorce un repositionnement de son site: le Domaine de Chantilly. Le pari est simple, apparemment. Le château et l’hippodrome, connus du grand public, drainent une clientèle particulière. Or, la typologie des cibles franciliennes est complexe: comment intéresser toute une journée et une soirée une famille avec deux enfants en bas-âge, un couple de jeunes urbains venu en amoureux, des seniors en retraite et, au-delà, les touristes du monde entier? Le sujet marketing est intéressant.

Le multi-cibles, le multi-site. Devenir plus grand public. Le Domaine de Chantilly en a tous les atouts. Il dispose d’un musée, le musée Condé, avec un parcours réservé aux enfants, et de jardins, dont un jardin de Le Nôtre (parterres et bassins, jardin anglo-chinois, hameau. Un prince de Condé, Louis-Henri de Bourbon, pensant se réincarner en cheval, a voulu ici créer des écuries à la hauteur de son rêve. Il fit donc construire les Grandes Ecuries de Chantilly. Ces écuries se visitent, et le Musée vivant du cheval  est renommé chez tous les cavaliers.

L’organisation d’évènements est prévue, avec trois sites: l’hippodrome, les Grandes Ecuries et le Château. Soirées de gala, spectacles équestre, visites privées, journées à thèmes: les entreprises comme les évènements privés y sont accueillis.

C’est une fondation qui gère l’ensemble du Domaine: la « Fondation pour la sauvegarde et le développement de Chantilly », créée et dirigée par Karim Aga Khan IV, fils de Ali Khan, ancien élève d’Harvard, membre de l’Académie des Beaux-Arts. Sur le terrain, il compte emmené son Domaine vers un fort niveau de popularité.

Il a nommé pour le diriger Bruno Ory-Lavollée, auteur du rapport « Partageons notre patrimoine » en 2010, et François Belfort. Leur plan stratégique est solide, et demande de nombreux investissements (Le Parisien, 30/03/11).

François Belfort, dont la réputation n’est plus à faire depuis qu’il a dirigé la production du Centre Pompidou puis lancé les évènements d’un Grand-Palais après sa restauration,  est confiant: « Il y a beaucoup de travail, beaucoup de potentiel ». Ce ne sont pas les idées qui manquent. Il faut les mettre en perspective, toucher des cibles nouvelles, faire venir et surtout revenir les visiteurs. Le Domaine doit devenir « le » château des franciliens, leur visite privilégiée.  Il faut décoincer l’image, la repotentialiser, et la déployer. A terme, la fréquentation peut tripler sans problème, me semble-t-il, pour avoir travaillé sur des problèmes similaires dans le cadre d’URVOY CONSEIL.

Beaucoup de travail en perspective. Le jeu en vaut la chandelle.

Photo: site du Domaine de Chantilly

0 Flares Twitter 0 Facebook 0 Google+ 0 0 Flares ×

Laisser une réponse