Archive pour la catégorie ‘Art – Culture’

Riton la Manivelle

Le 30 septembre 2015, par Jean-Jacques URVOY
riton la manivelle

Lorsqu’on habite Paris, on ne visite jamais la Tour Eiffel. De la même façon, on n’écoute jamais l’un des derniers chanteurs populaires de rue. J’ai toujours connu Riton la Manivelle. Il se promène avec un orgue de Barbarie dans les hauts de Belleville, et souvent il est invité dans des soirées privées. Riton est une figure de Paris, un monument historique.

On n’en parle pas dans les guides et les guides ne font pas l’effort de grimper au restaurant Le Vieux Belleville. Il chante bien, il chante fort. Il connaît tout le répertoire des chansons populaires par cœur. Et il a aussi les siennes. Au Vieux Belleville, on vous remet un livret avec les chansons de Riton, et tout le monde chante. Parfois, un accordéoniste l’accompagne. Pas pour faire parisien, mais parce que ces chansons-là, c’est avec un accordéon que ça se chante. Et il faut y aller avec des amis. Lire la suite…

Les objets de Van Gogh

Le 11 avril 2015, par Jean-Jacques URVOY
La Clé de Ravoux

Il faut avoir beaucoup d’imagination et de créativité pour concevoir les objets de la boutique Van Gogh à Auvers-sur-Oise. Mais Dominique Janssens,  né en 1948, a acheté l’auberge Ravoux et la maison Van Gogh avec l’expérience du marketing de Danone, groupe où il dirigeait le marketing. A 37 ans, une voiture le renverse entre l’Auberge et la mairie qui lui fait face. Il prend alors la décision de devenir propriétaire du lieu, seul, sans aide aucune à l’époque.

Homme de goût et de projets, il s’occupe de la maison du peintre comme de chez lui. Il choisit les objets de la boutique avec une précision d’antiquaires.
Il a longtemps fait fabriquer en Pologne une carafe qu’on trouve sur un tableau (« Verre d’Absinthe et Carafe, 1887″), laquelle, par analogie,  m’avait inspiré pour la Goutte d’Eau d’Evian Millenium, elle même exposée au Moma.  Il fait fabriquer des sets de table qui pourrait être d’une banalité affligeante comme ceux qu’on rencontre dans certains musées. Lire la suite…

Chérif Medjeber, le talent reconnu

Le 21 mars 2015, par Jean-Jacques URVOY
CHERIF et moi

Le Musée d’art moderne et contemporain d’Alger accueille une exposition jusqu’à fin mars. Pas n’importe laquelle : celle d’un designer contemporain qui aurait toute sa place à Paris, à La Cité de la Mode et du Design ou à La Fondation Cartier. Chérif Medjeber, puisque c’est de lui dont il s’agit m’a dit un jour : « Mon principe est de faire fusionner forme et fonctionnalité ». Esthétique et fonctionnalité : voilà une définition du design.

Et effectivement : les courbes ne doivent rien au hasard. Chez Chérif, elles participent de l’objet. L’objet, souvent, est de couleur rouge, couleur de la passion, de l’engagement. De l’amour aussi. C’est une couleur chaude qui signifie la chaleur et la vie. Lire la suite…

Van Gogh fait son marketing

Le 31 mars 2014, par Jean-Jacques URVOY
Sur les pas de van Gogh

L’Auberge Ravoux, achetée il y a plusieurs années par Dominique Janssens, propriétaire du lieu, bat son plein. Au 1er étage, la chambre de van Gogh. Et au Rez-de-Chaussée, la salle à manger. Cela tombe bien : du 5 avril au 31 août, la saison culturelle d’Auvers-sur-Oise est dédiée à Vincent van Gogh.
« Sur les pas de Van Gogh » est déjà un parcours tout autour de l’Auberge. On y retrouve les champs que Van Gogh aimait peindre dans les dernières années de sa vie. C’est aujourd’hui le nom de ce temps fort, soutenue par le Comité Régional du Tourisme Paris Ile-de-France (CRT) et en partenariat avec l’Institut Van Gogh. Lire la suite…

Franck Salin : sur un air de révolte

Le 27 novembre 2013, par Jean-Jacques URVOY
Franck Salin

Une fois n’est pas coutume : je vais faire de la publicité à un ami. La musique accompagne toujours l’ébullition sociale et politique en Guadeloupe. L’île connaît, en 2009,  44 jours de grève générale, au cours desquels les manifestants entonnent un air relayé par les chaînes d’information du monde entier : La Gwadloup sé tan nou, La Gwadloup sé pa ta yo (La Guadeloupe est à nous, elle n’est pas à eux).

 

Composé par le syndicaliste Jacky Richard, on ne sait si cette musique est née d’une colère subite, d’une racisme à l’égard de la métropole, ou d’une espérance. Cette chanson, devenue l’hymne du mouvement, suscite immédiatement la polémique dont Franck Salin a fait un documentaire. Lire la suite…

Mécénat : la maison bleue de Maxime Le Forestier

Le 16 août 2013, par Jean-Jacques URVOY
peintures la maison bleue le forestier

Comment une marque de peinture vient-elle au secours d’une maison ? Entre la Church Street et la Sanchez Street, sur la 18th avenue de San Francisco, se trouve La Maison bleue que chante Maxime Le Forestier dans « San Francisco ». La Maison est à nouveau bleue.

En 1970,  Maxime Le Forestier sort son premier album. Tous les titres deviendront des morceaux cultes :  La Rouille, Mon Frère, Vous êtes si jolie et La Maison bleue.

En France, deux titres incarnent le mouvement hippy des années 70. Celui chanté par Scott Mackenzie (« If you’re going to San Francisco ») et La Maison bleue.

La Maison bleue retrouve sa couleur.

Mai 68, le vent de liberté qui souffle à cette époque lancent les deux titres.

Le Consulat de France à San Francisco et la société française « Ressource », « Marchand de couleurs et de décoration »ont repeint cette maison en bleu, et posé cette plaque. Lire la suite…

Tintin, Moulinsart et Cheverny

Le 19 juin 2013, par Jean-Jacques URVOY
cheverny

Cheverny est sans conteste l’un des plus beaux châteaux de la Loire. Hergé en a fait le château de Moulinsart, et il est vrai que l’on retrouve l’ambiance des albums en se promenant dans la parc. Une partie des bâtiment extérieurs a été aménagée pour abriter une évocation des albums de Tintin, particulièrement Le Secret de la Licorne, Le Trésor de Rackham le Rouge.

A taille humaine, parfaitement meublé, le château de Cheverny abrite également des bâtiments destinés à une meute de chiens de chasse à courre. On y visite aussi un jardin très bien entretenu. Mais qu’est-ce qui fait courir le public au château ? Lire la suite…

3min30, la revue en ligne qui monte …

Le 17 janvier 2013, par Jean-Jacques URVOY
logo 3min30

La revue en ligne 3min30, lancée mi-2012, agrandit son équipe de rédaction. Le succès est au rendez-vous : les objectifs fixés en juin dernier pour fin 2012 sont atteints. Elle suscite l’intérêt des annonceurs. La réussite de la commercialisation d’une nouvelle revue réside dans la valeur même que la revue ajoute. Comme toutes les entreprises. Comme tous les produits. 90 % revues lancées disparaissent au bout de 3 numéros (print) ou de 6 mois (web).

3min30 n’est pas une revue de plus. Le nouveau site, que vous découvrirez bientôt, innove : rubriques que l’on trouve nulle part ailleurs, correspondance entre la revue et son public qui a été défini par une étude et par le fait que l’équipe elle-même est dans la cible. Lire la suite…

La Légion d’Honneur et les entrepreneurs

Le 07 janvier 2013, par Jean-Jacques URVOY
Le carton d'invitation de remise de la Légion d'Honneur

Alors que François Mortegoutte, Président de la Société Coopérative Les Maçons Parisiens vient d’accepter la Légion d’honneur. Certains la refusent :  c’est le cas aujourd’hui du dessinateur de bandes dessinées Jacques Tardy. Jean-Paul Sartre, qui avait également refusé le prix Nobel de littérature et l’entrée au Collège de France, refusa également. Gérard Depardieu, lui, l’a reçue de François Mitterrand et la garde.

Maintenir une liberté de conscience : les contraintes et les obligations ne sont pas, pensait Sartre,  possibles pour un artiste, qui devrait refuser la Légion d’Honneur. Pas de compromission donc, personne à remercier. Pierre Curie, côté scientifique, pensait la même chose, en indiquant qu’il n’y trouvait aucune utilité. Les idées nouvelles s’affranchissent-elles donc d’un Ordre établi, celui de la Légion d’honneur ? Lire la suite…

Gilles Vervisch : la philo est-elle diluable dans la pub ?

Le 18 novembre 2012, par Jean-Jacques URVOY
Quelques grammes de philo dans un monde de pub

Je rencontre cette semaine Gilles Vervisch, 38 ans,  agrégé de philosophie. Né à Rouen, il enseigne dans un lycée en région parisienne. Il vient de faire paraître son dernier livre « Quelques grammes de philo dans un monde de pub » (Ed. Max Milo). Il est l’auteur de plusieurs ouvrages et d’un blog, que je découvre. On peut aussi écouter ses chroniques le matin  sur Le Mouv’.

Dans « Quelques grammes … », une leçon de bonheur semble être donnée par le claim du Loto : « C’est le jeu ma pauvre Lucette ! » . Celui d’INTERBEV : « Le bœuf, le goût d’être ensemble. » rappelle la nécessité humaine de s’assembler. Et la réflexion sur l’existence est apportée par L’Oréal : « Parce que vous le valez bien. » (je le vaux, donc j’existe). Lire la suite…